Monde

Cameroun : Enlèvement de 79 collégiens à Bamenda, dans la partie anglophone du pays

Au Cameroun des collégiens ont été enlevés dans leur établissement de Bamenda. C’est l’enlèvement le plus important depuis le début du conflit entre les séparatistes armés et les forces de l’ordre.

L’enlèvement de 79 collégiens s’est produit dans la nuit de dimanche 4 à lundi 5 novembre. Des hommes armés non identifiés ont pris d’assaut l’école secondaire presbytérienne située dans le quartier de Bamenda, sur les hauteurs de la capitale du Cameroun. A la veille de la prestation de serment du président Paul Biya, réélu le 7 octobre pour un septième mandat, il s’agit du plus important kidnapping dans cette zone anglophone depuis le début du conflit avec des séparatistes armés.

Des écoles régulièrement visées

Outre les élèves, le principal de la Presbyterian Secondary School de Bamenda, un enseignant et un chauffeur ont également été enlevés par ces hommes armés. Les recherches pour retrouver les otages ont été lancées, ce lundi. Le quartier a été quadrillé par les forces de sécurité.

Les recherches pour retrouver les otages ont été lancées. La mobilisation est totale.

A déclaré une source policière, qui s’est exprimée à l’issue d’une réunion de crise ce lundi 5 novembre.

En outre, le porte-parole du gouvernement, Issa Tchiroma Bakary, a confirmé que 79 élèves ont été kidnappés. Il a précisé qu’il s’agissait « majoritairement de garçons ».

Conflit armé depuis 2017

Dans les deux régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun, une crise socio-politique sans précédent s’est installée depuis fin 2016. Depuis la fin de l’année 2017, elle s’est transformée en un conflit armé. Ainsi, des affrontements entre l’armée et des séparatistes, regroupés en groupes épars dans la forêt équatoriale, s’y produisent quasiment tous les jours depuis plusieurs mois.

Par ailleurs, les attaques de séparatistes armés contre des écoles se sont intensifiées depuis quelques semaines. En effet, mi-octobre, six élèves avaient déjà été enlevés dans une attaque de lycée à Bamenda. Avant cela, début septembre, le jour de la rentrée scolaire, un directeur d’école avait été assassiné. Un professeur mutilé et plusieurs lycées attaqués.

Enfin, depuis le début du conflit, plus de 175 membres des forces de défense et sécurité camerounaises ont perdu la vie. En outre plus de 400 civils sont morts, selon l’ONU et les ONG. Dans cette seule région du Cameroun, plus de 300.000 personnes ont fui les violences. Or, pour la plupart, elles se sont réfugiées dans la brousse ou dans les grandes villes des régions voisines.

Publié le mardi 6 novembre 2018 à 10:34, modifications mardi 6 novembre 2018 à 10:34

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !