Monde

Brésil : L’effondrement d’un tour de 24 étages fait 49 disparus à Sao Paulo

Une tour de 24 étages s’est effondrée après avoir été ravagée par un incendie à Sao Paulo au Brésil. Les médias locaux font état d’au moins 49 disparus.

Des images effarantes en provenance du Brésil font le tour du monde depuis le début de la semaine. En effet, un terrible incendie s’est déclenché dans la nuit de lundi 30 avril à mardi 1er mai en plein cœur de la ville de Sao Paulo. Mais plus spectaculaire encore, la propagation des flammes a entraîné la chute et l’effondrement d’un immeuble de 24 étages mardi 1er mai.

49 disparus

Selon des informations de l’AFP et de BFM-TV, l’immeuble en question était un ancien bâtiment désaffecté de la police fédérale. En outre, 49 personnes étaient toujours portées disparues mercredi 2 mai.

Si les pompiers de Sao Paulo ont indiqué « ne pas confirmer de nombre de victimes », les médias locaux faisaient état d’au moins un mort. Par ailleurs, les autorités locales n’ont pas indiqué si ces personnes déclarées manquantes se trouvaient dans la tour au moment du drame.

Les pompiers continuent les recherches et on dénombre 49 disparus.

Ont-elles annoncé dans un tweet mercredi. Selon les médias locaux, l’incendie de la tour pourrait avoir été provoqué par un accident domestique. Une église voisine a été endommagée, selon des images télévisées. Ainsi, cinquante-sept véhicules et 160 pompiers ont été déployés sur le site, selon un tweet des pompiers.

Des familles pauvres squattaient l’immeuble

L’immeuble qui s’est effondré est un ancien siège de la police désaffecté. Or, il était occupé par 146 familles de squatteurs. Il était dans un grand état de délabrement, au mépris de toutes les règles de sécurité. Le président brésilien, Michel Temer, s’est rendu sur les lieux mardi. Sur place il a été hué, accueilli par une foule lui criant :

On veut des logements !

Ainsi, ses gardes du corps ont dû rapidement l’exfiltrer de la zone de l’accident en raison de l’hostilité des résidents.

Bien que capitale financière du Brésil, Sao Paulo est, avec ses 12 millions d’habitants, la ville la plus peuplée d’Amérique latine. Toutefois, elle souffre d’une économie à deux vitesses dans laquelle les inégalités sont très marquées. Par conséquent, des familles pauvres sont contraintes d’occuper des terrains ou des immeubles laissés à l’abandon. Parfois, même en plein cœur de la métropole, où des zones entières sont devenues des quartiers fantômes.

C’était une tragédie qui devait arriver.

S’est désolé Marcio Franca, le gouverneur de l’État de Sao Paulo.

Cet immeuble ne disposait même pas des conditions minimales pour être habitable. L’État n’aurait pas dû le laisser être occupé.

A-t-il reconnu.

Publié le jeudi 3 mai 2018 à 13:01, modifications jeudi 3 mai 2018 à 11:53

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !