Monde

Barack Obama se dit féministe

Pour ses 55 ans, Barack Obama s’est confié dans un éditorial en révélant être féministe et vouloir lutter contre les préjugés liés au genre.

Jeudi 4 août, le président des États-Unis Barack Obama s’est confié au magazine féminin Glamour le jour de ses 55 ans en affirmant sans détour :

Ce qui me rend optimiste, c’est qu’on vit désormais une époque extraordinaire pour être un femme. […] Je ne dis pas cela simplement en tant que président mais aussi en tant que féministe.

Élevé par une mère célibataire, Barack Obama semble avoir un profond respect pour la gente féminine au côté de laquelle il semble prêt à se battre pour continuer les progrès qui n’ont cessé d’être faits vis-à-vis des femmes, du droit de vote à l’accès à diverses professions qui leur étaient jusqu’alors fermées.

Cependant Barack Obama souligne que tout ne peut pas être changé par des lois et que :

Le changement le plus important est peut-être le plus difficile de tous – et c’est de changer soi-même.

Père de Sasha, 15 ans, et Malia, 18 ans, ses deux filles lui ont permis de voir les pressions auxquelles elles sont soumises :

On voit les comportements sociaux subtils et pas si subtils se transmettre à travers la culture. On voit l’énorme pression infligée aux filles pour qu’elles aient une certaine apparence et un certain comportement et même une certaine façon de penser. […] Nous savons que ces stéréotypes affectent dès leur plus jeune âge la manière dont les petites filles se voient, leur faisant croire que si elles ne sont pas ou n’agissent pas d’une certaine façon, elles ont en quelque sorte moins de valeur. En fait, ces stéréotypes de genre nous affectent tous, peu importe notre genre, notre identité de genre, ou notre orientation sexuelle.

Barack Obama avoue ne pas avoir toujours été un modèle vis-à-vis de ce qu’il prône aujourd’hui, compatissant avec ce que sa femme a dû subir :

J’ai vu comment Michelle a essayé de trouver un équilibre entre les demandes d’une carrière bien remplie et le fait d’élever une famille. Comme beaucoup d’autres mères qui travaillent, elle était inquiète des attentes et des jugements sur la manière dont elle faisait des compromis, en sachant que peu de gens questionneraient mes choix. Et la vérité c’est que lorsque nos filles étaient jeunes, j’étais souvent en déplacement loin de la maison, assurant mes responsabilités de législateur en même temps que celles de professeur de droit. Je peux désormais regarder en arrière et voir que, si j’aidais, c’était généralement selon mes propres conditions. La responsabilité tombait de manière disproportionnée sur les épaules de Michelle.

Celui dont la fin de son deuxième mandat lui fera quitter ses fonctions en janvier prochain, affirme qu’il faut :

Continuer à changer l’attitude qui nous fait élever nos filles pour qu’elles soient réservées et nos garçons pour qu’ils soient sûrs d’eux ; changer le fait que les filles soient critiquées pour s’être exprimées et nos garçons pour avoir pleuré. Nous devons continuer de changer le fait que nous punissons les femmes pour leur sexualité et récompensons les hommes pour celle-ci. Nous devons changer le fait que le harcèlement sexuel soit encore trop présent […] Nous devons changer la manière dont l’homme se sent menacé par la présence et le succès des femmes …

Barack Obama continue d’enchaîner les exemples et affirme que c’est aussi aux hommes de combattre le sexisme.

Publié le vendredi 5 août 2016 à 13:41, modifications vendredi 5 août 2016 à 12:48

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !