Monde

Attentats de Paris : Une possible cellule dormante syrienne démantelée en Allemagne

Trois Syriens ont été interpelés en Allemagne. Selon le ministère allemand de l’Intérieur, les trois hommes auraient un lien avec les attentats parisiens du 13 novembre 2015.

Le ministre allemand de l’Intérieur a annoncé ce mardi 13 septembre que trois Syriens soupçonnés d’être en lien avec les attentats parisiens de novembre dernier avaient été arrêtés.

Les trois hommes ont été interpellés dans le Schleswig-Holstein, près de Hambourg (dans le nord de l’Allemagne) et leurs appartements font l’objet de perquisitions.

Selon le journal allemand Bild, ces hommes ont été interpellés dans trois centres pour réfugiés à l’occasion d’une opération anti-terroriste qui avait mobilisée quelques 200 hommes.

Le ministre allemand, Thomas de Maizière a ainsi évoqué une « possible cellule dormante » :

L’état actuel des investigations de la police criminelle fédérale indique des liens avec les assaillants de Paris de novembre 2015.

Le ministre de l’Intérieur a également précisé que les trois suspects étaient arrivés l’an dernier en Allemagne au plus fort de la crise migratoire. Demandeurs d’asile, ils avaient obtenu leurs papiers d’identité auprès de la « même organisation de passeurs » que les assaillants de Paris.

Cependant, le ministre n’a pas pu affirmer avec certitude si les suspects étaient réellement originaires de Syrie. Il a simplement précisé que « dans leurs documents de voyage, il est écrit qu’ils sont syriens ».

L’un des hommes interpelés est soupçonné d’avoir rejoint l’Etat islamique en septembre 2015. Il aurait alors bénéficié d’une  courte formation aux armes à Raqa (le quartier général du groupe terroriste dans le nord de la Syrie).

Le mois suivant, avec ses deux complices présumés ils auraient pris la route de l’Europe, via la Turquie et la Grèce, sur ordre d’un responsable du groupe terroriste. Ce dernier était en charge « des attentats hors du territoire de l’Etat islamique ».

Si Angela Merkel a de nombreuses fois appelé à ne pas faire l’amalgame entre migrants et terroristes, elle avait malgré tout reconnu que des militants d’organisations jihadistes ont pu se glisser dans le flot des réfugiés.

Publié le mercredi 14 septembre 2016 à 10:32, modifications dimanche 20 novembre 2016 à 1:25

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !