Monde

Asie: Les «éléphants à touristes» vivent dans des conditions inacceptables en Thaïlande et en Inde

Une ONG a dénoncé le traitement inadmissible réservé aux animaux

éléphants qui souffrent du tourisme de masse et de l'exploitation en Asie

L’ONG World Protection Animal vient de publier un rapport alarmant. En Asie, les “parcs à éléphants” ne cessent d’exploiter les animaux qui vivent dans des conditions de vie déplorables. Malnutrition, manque de soins et de liberté font partie des souffrances que subissent les éléphants afin d’augmenter le tourisme de masse.

Durant deux ans, l’ONG World Protection Animal a étudié plus de 220 attractions en Asie où des éléphants sont exploités. Leur rapport relayé par Le Monde le jeudi 6 juillet dresse des conclusions alarmantes. En effet, les éléphants souffrent du manque de liberté mais également de malnutrition.

Des conditions jugées “inacceptables” pour les éléphants

Pour mener à bien son étude, World Protection Animal s’est rendue dans 90% des entreprises du secteur. L’ONG a en effet visité plus de 220 attractions dans lesquelles les touristes peuvent observer des spectacles d’éléphants. Exploités par l’industrie du tourisme de masse, en particulier en Thaïlande et en Inde, les animaux vivent dans des conditions “inacceptables” d’après le rapport.

Quand ils ne sont pas utilisés pour des promenades ou des spectacles, les éléphants sont enchaînés jour et nuit, le plus souvent avec une chaîne de moins de 3 m de long

C’est ce qu’on peut lire dans le rapport dressé par l’ONG à propos du manque de liberté des éléphants. Ce n’est pas le seul problème majeur mis en avant par World Protection Animal. Le manque de nutrition et de soins est également pointé du doigt par l’organisation :

La nourriture qui leur est donnée n’est pas bonne, ils ont des soins vétérinaires limités et sont souvent gardés dans des endroits stressants sur un sol en ciment.

D’après World Protection Animal, ce traitement réservé aux animaux est dû en partie aux régulations limitées sur le secteur.

Tourisme de masse exploitation éléphants Thaïlande

La Thaïlande et l’Inde en tête des pays visés par le rapport

Dans les années 1990, l’interdiction de l’exploitation des pachydermes utilisés pour transporter des arbres a été mise en place. Cela a permis à l’industrie des parcs à éléphants de croître et a favorisé le tourisme de masse.

2923 éléphants sont recensés dans l’industrie du tourisme en Asie. Ils sont utilisés pour que les visiteurs puissent effectuer des promenades sur leur dos ainsi que pour des spectacles. 2198 éléphants se trouvent en Thaïlande, premier pays pointé du doigt par le rapport. L’Inde lui succède avec la présence de 617 éléphants utilisés pour développer le tourisme. Viennent ensuite le Sri Lanka, le Népal, le Laos et enfin le Cambodge.

Si les parcs à éléphants où les conditions de vie déplorables des animaux sont nombreux, on assiste également à l’émergence de parcs alternatifs où les pachydermes ne sont pas exploités.

Les conseils de World Protection Animal pour éviter l’exploitation

Dans ces nouveaux parcs, il est impossible de monter à dos d’éléphants. Les touristes ont simplement la possibilité de les observer. Pour lutter contre le traitement inacceptable réservé aux animaux, World Protection Animal a conseillé aux dizaines de millions de touristes de favoriser ce nouveau type de parc.

Jan Schmidt-Burbach, membre de World Protection Animal en Thaïlande, a en effet déclaré :

Les touristes ont le pouvoir d’améliorer la vie de ces éléphants captifs en choisissant des sites qui favorisent l’observation des animaux

Ces nouveaux établissements optent donc pour la préservation et le respect des conditions de vie des éléphants plutôt que leur exploitation. L’apparition de ces nouveaux parcs permettrait donc, à terme, de développer un nouveau type de visites sans que le tourisme en pâtisse.

Publié le dimanche 9 juillet 2017 à 13:19, modifications dimanche 9 juillet 2017 à 13:19

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !