Monde

Pour Alexeï Navalny, “nous allons assister à une présidence à vie de Vladimir Poutine”

Alexeï Navalny, le principal opposant à Vladimir Poutine interdit de se présenter aux prochaines élections demande à l’Union Européenne de ne pas reconnaître les résultats.

A un peu plus de deux semaines de l’élection présidentielle russe qui sera organisée le 18 mars prochain, la victoire finale ne fait guère de doute. Vladimir Poutine devrait sauf énorme surprise l’emporter facilement. Une victoire faute d’opposants après l’éviction d’Alexeï Navalny. Celui-ci invite désormais l’Union européenne à prendre des mesures fortes.

Rejeter les résultats de l’élection présidentielle russe

Son nom fait trembler le Kremlin et permet même de déneiger les rues de Moscou de façon miraculeuse. Pourtant, sur les bulletins de vote du 18 mars prochain, le nom d’Alexeï Navalny n’apparaîtra pas. Le principal opposant à Vladimir Poutine a été interdit de se présenter. Mais, cela n’empêche pas de se positionner. Lors d’un séminaire organisé par les libéraux européens (ADLE), il est en effet intervenu. L’occasion pour lui de demander aux dirigeants de l’Union européenne de ne pas reconnaître les résultats.

Je vous appelle tous à soutenir le principe selon lequel ce ne sont pas des élections et que les résultats qui en découleront sans surprise ne peuvent donc pas être reconnus comme légitimes

Il en a profité pour dénoncer de nouveau la politique du Kremlin dans les élections. Celle-ci consiste selon lui à écarter toute opposition potentielle avant un scrutin. “Nous allons assister à une présidence à vie de Vladimir Poutine” Si des millions de Russes s’y opposent, ils n’ont pas de voix qui peuvent porter leurs aspirations. “Il s’agit d’une stratégie classique du Kremlin qui consiste à exclure tout candidat indépendant et à placer des marionnettes à leur place en guise d’opposition”.

En prison le jour de l’élection ?

L’homme craint d’être en prison au moment des élections présidentielles russes alors qu’il doit comparaître le 5 mars devant les juges pour des manifestations non-autorisées. “Apparemment, ce plan ingénieux consiste à me libérer seulement le 5 avril pour que je rate le jour du scrutin et toute éventuelle manifestation de protestation contre les résultats de l’élection“, a-t-il ainsi dénoncé sur son blog. Il a par ailleurs appelé l’Union européenne à prendre de nouvelles sanctions concernant les personnalités russes corrompues.

Les libéraux européens ont eux profité de ce séminaire pour avancer des propositions concrètes. L’idée étant d’avoir une position unifiée au niveau européen sur les sanctions à l’égard du pays. Quatre grands piliers seraient ainsi à l’étude. Tout d’abord, une réforme des visas. Puis, la création d’une zone de libre-échange. Enfin, un renforcement des contrôles politiques et des droits de l’Homme. Le dernier aspect essentiel concerne quant à lui  le respect de l’intégrité territoriale de tous les états européens. L’objectif étant bien sûr d’éviter un bis repetita de la Crimée…

Publié le jeudi 1 mars 2018 à 9:02, modifications jeudi 1 mars 2018 à 9:13

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !