Monde

Afrique du Sud: La libération d’un trafiquant de rhinocéros provoque une vague d’indignation

Alors que son procès le condamnait à 40 ans de prison, un braconnier vient de bénéficier d’une liberté conditionnelle. Une décision honteuse et révoltante pour les défenseurs des droits des animaux.

Lourde vague d’indignation après la libération d’un braconnier de cornes de rhinocéros.  Chumlong Lemtongthai, qui a bénéficié d’une libération conditionnelle la semaine dernière, est immédiatement rentré à Bangkok.

Une peine allégée

A l’époque, les défenseurs des droits des animaux se félicitaient d’une si belle victoire. Lors de son procès tenu en 2012, le braconnier avait avoué avoir obtenu frauduleusement ses permis de chasse. A l’aide de plusieurs complices rémunérés, dont des prostituées, Chumlong Lemtongthai avait réussi à exporter les cornes. Ces dernières ont ensuite été vendues au marché noir en Asie, où le kilo peut atteindre jusqu’à 55.000 euros.

Cependant, alors qu’il devait purger 40 années de prison, le trafiquant s’est vu libéré après seulement 6 ans de réclusion. Une véritable honte pour Audrey Delsink, directrice de l’ONG Humane Society International:

Cela envoie le message que les braconniers qui entretiennent des liens avec des réseaux de trafiquants sont traités avec indulgence. Lemtongthai a été personnellement impliqué dans le massacre illégal de 26 rhinocéros et a ordonné la mort d’au moins 50 animaux.

Plus de valeur que l’or ou la cocaïne

Sur le marché noir, les cornes de rhinocéros se vendent plus cher que la cocaïne ou l’or. Selon WWF, une corne peut, selon sa taille, valoir entre 25.000 et 200.000 euros. Symbole d’ascension sociale, la demande de corne ne cesse de monter en Asie. Les cornes de rhinocéros réduites en poudre sont en effet porteuses de multiples vertus en Chine ou encore au Vietnam: elles permettraient de remonter la libido, baisser la fièvre, stopper le cancer…

Le nombre de rhinocéros tués en Afrique du Sud, qui abrite la plus grande population africaine, est passé de 13 en 2007 à plus de 1.000 par an ces cinq dernières années. Au total, le nombre de rhinocéros noirs vivant est estimé à 5000 individus, et environ 20.000 en ce qui concerne les rhinocéros blancs. Leur nombre continue de chuter, année après année. Le rhinocéros noir d’Afrique de l’Ouest, quant à lui, a officiellement disparu en 2011.

“Nous avons appliqué la loi”

Le porte-parole de l’administration pénitentiaire, Singabakho Nxumalo, a justifié cette décision:

Quand la commission des libérations conditionnelles a étudié le cas, elle a décidé qu’il était éligible. Nous avons appliqué la loi.  On ne s’attend pas à ce qu’il revienne dans le pays.

Pour WWF, la décision n’est pas à la hauteur des actes. Selon ses représentants, les autorités doivent faire en sorte que « les poursuites judiciaires aboutissent et que les responsables écopent de condamnations appropriées ».

 

Publié le jeudi 20 septembre 2018 à 9:01, modifications jeudi 20 septembre 2018 à 8:30

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !