Monde

Afrique du Sud : Cette patrouille féminine qui fait peur aux braconniers

En Afrique du Sud, alors que le trafic de corne de rhinocéros est en plein essor, un parc national a trouvé une solution originale au problème du braconnage.

L’Afrique du Sud est le repère des rhinocéros africains. En effet, selon le ministère sud-africain de l’environnement, 80 % de la population mondiale de rhinocéros serait répartie sur ce territoire. Problème : la corne de ces animaux est très p

risée pour ses prétendues vertus curatives, notamment en Asie. Malgré la publication de nombreuses études leur niant tous pouvoirs guérisseurs, la demande a explosé au cours de ces dernières années. En 2013, selon l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature, la corne de rhinocéros valait 57 000 euros le kilo. Bien plus que l’or, et presque autant que la cocaïne.

Bien qu’interdit par la loi, le trafic de corne de rhinocéros reste un marché juteux qui attire de plus en plus les braconniers et dont l’Afrique du Sud souffre énormément. En 2015, plus de 1200 rhinocéros y ont été abattus par des braconniers.

Les Black Mambas, gardiennes de la nature

Mais depuis 2013 dans la réserve Balule, au cœur du parc national Kruger, opère une patrouille exclusivement féminine qui réussit à éloigner les braconniers. Elles se nomment les Black Mambas. Créée à l’initiative de Craig Spencer, le gardien en chef de la réserve, la patrouille rassemble 26 femmes. Agées de 20 à 30 ans, elles sont toutes issues de communautés locales. Elles parcourent quotidiennement la réserve à la recherche de pièges ou de traces de braconnage. Elles sont les yeux et les oreilles de la patrouille armée de la réserve. Bien qu’elles ne soient pas armées, elles ont toute suivies une formation paramilitaire et sont aussi bien capables de faire face à un animal sauvage qu’à un braconnier.

Revaloriser la communauté locale

Craig Spencer cherchait une solution au problème du braconnage. Après avoir perdu 19 rhinocéros en l’espace de quelques mois, il a envisagée cette patrouille exclusivement féminine. Spencer a voulu éradiquer le problème en jouant sur plusieurs tableaux. La création de cette patrouille a permis de donner du travail aux femmes issues des communautés locales. De plus, elle valorise ces femmes et véhicule une image positive des gardiens de la nature. Les Black Mambas interviennent dans les écoles locales pour transmettre les valeurs de protection de la vie sauvage, et tenter d’éradiquer le braconnage. Dans la première année qui a suivi la création de la patrouille, aucun rhinocéros n’a été tué. Depuis 2013, on enregistre une baisse de 56% des cas de braconnages dans la région.

Publié le dimanche 25 décembre 2016 à 13:11, modifications mercredi 21 décembre 2016 à 15:50

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !