Monde

Afghanistan : Les Talibans revendiquent l’explosion d’une ambulance piégée à Kaboul, causant 40 morts et 140 blessés

Une bombe dissimulée dans une ambulance a explosé à un barrage de la police à Kaboul. L’explosion a fait au moins 40 morts et 140 blessés.

Au moins 40 personnes ont été tuées et 140 autres blessées ce samedi 27 janvier dans l’explosion d’une ambulance piégée. Cette attaque revendiquée par les Talibans s’est produite peu avant 13H00 (08H30 GMT) dans le centre de Kaboul. A proximité des locaux du ministère et de l’Union européenne, ont indiqué les autorités afghanes.

Niveau d’alerte extrême

La panique était totale sur place. En effet, les vitres ont été soufflées sur des centaines de mètres à la ronde. Un immeuble voisin de l’hôpital Jamuriat, haut de quelques étages et profondément lézardé, menaçait de s’effondrer.

C’est un massacre !

A déclaré Dejan Panic, le coordinateur pour l’Afghanistan de l’ONG humanitaire italienne Emergency, qui gère un hôpital non loin de là.

En outre, un photographe de l’AFP qui s’est rendu sur place immédiatement a pu voir de « très nombreux corps de victimes ensanglantés », morts et blessés sur les trottoirs, que les riverains aidaient à évacuer. Il a également vu des victimes, hommes, femmes, enfants, acheminées dans l’hôpital Jamuriat voisin, et traitées dans les couloirs submergés. La photo qui accompagne son message montre de très nombreuses victimes allongées dans les couloirs sous les préaux de l’établissement.

Le niveau d’alerte est extrême en ce moment à Kaboul. Tout particulièrement dans le centre et le quartier diplomatique dont la plupart des ambassades et institutions étrangères ont été placées en « lock down » (sorties interdites).

Les Talibans revendiquent l’attaque

Ainsi, l’attentat a été revendiqué par le porte-parole des Talibans Zabihullah Mujahid sur WhattsApp :

Un martyr a fait sauter sa voiture piégée près du ministère de l’Intérieur où se trouvaient de nombreuses forces de police.

A-t-il indiqué.

Or, le Haut Conseil de la Paix, chargé des négociations compliquées avec les Talibans, estimait avoir été la cible privilégiée.

Ils ont visé notre barrage. C’était énorme, toutes nos vitres sont soufflées.

A indiqué à l’AFP un de ses membres, Hassina Safi.

L’explosion, distinctement entendue des bureaux de l’AFP dont les fenêtres ont tremblé, a aussitôt dégagé un énorme panache de fumée blanche au-dessus de la capitale afghane.

Le quartier visé abrite le ministère de l’Intérieur, mais aussi le siège de la police et des bureaux de l’Union européenne. De plus, les membres de la délégation européenne toute proche, dont les vitres ont été brisées, ont été rapidement mis en sécurité dans leur pièce sécurisée a indiqué l’un d’eux.

Ainsi, cet attentat est le troisième en une semaine après l’attaque de l’hôtel Intercontinental de Kaboul, samedi 20 janvier. Il avait été revendiqué par les Talibans. Celui de mercredi 24 janvier, a eu lieu dans les locaux de Save the Children à Jalalabad. Il avait été allégué par le groupe Etat islamique.

Publié le samedi 27 janvier 2018 à 13:57, modifications samedi 27 janvier 2018 à 13:34

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !

En direct