Monde

Affaire Skripal : Au tour de 4 diplomates français d’être expulsés de Russie

Alors que Paris a annoncé renvoyer chez eux quatre diplomates russes dans le cadre de l’affaire Skripal, la Russie a annoncé vendredi qu’elle allait en faire de même.

STORY - Episode 29/38

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)
Tout lire : Affaire Skripal

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Le ballet des expulsions de diplomates se poursuit dans l’affaire Skripal. En effet, la Russie a signifié ce vendredi 30 mars à la France que quatre de ses diplomates avaient une semaine pour quitter le territoire russe. Une réponse symétrique à l’expulsion, annoncée lundi 26 mars par la France de quatre diplomates russes du sol français.

Le Quai d’Orsay dit ne pas être surpris

La décision prise aujourd’hui par la Russie d’expulser quatre membres de l’ambassade de France en Russie ne nous a pas surpris. Nous ne pouvons que la regretter. Et rappeler qu’à ce jour, la Russie a refusé d’apporter les éléments d’explications attendus s’agissant de l’attaque de Salisbury.

A indiqué le Quai d’Orsay dans un communiqué en ajoutant :

En décidant, le 26 mars dernier, d’expulser quatre personnels russes sous statut diplomatique. La France a souhaité marquer sa pleine solidarité avec le Royaume-Uni. A la suite de l’attaque à l’arme chimique perpétrée à Salisbury. Ces mesures étaient adaptées et proportionnées.

Pour mémoire, l’empoisonnement de l’ancien agent double russe Sergueï Skripal et de fille Ioulia, le 4 mars à Salisbury, au sud-ouest de Londres, a provoqué une grave crise diplomatique entre Moscou et Londres. La Première ministre britannique, Theresa May, avait alors affirmé que la Russie était « très probablement » derrière l’attaque. Depuis le début de l’affaire, quatorze pays européens (dont l’Allemagne et la France), ainsi que les États-Unis et le Canada, ont décidé d’expulser des diplomates russesCette vague de renvois a vu plus de 120 diplomates russes déclarés « personae non grata » dans 26 pays, dont 18 membres de l’Union européenne.

Or, l’administration de Poutine a également averti de mesures visant à exclure plus de 140 diplomates du sol russe. En clair, Moscou répond à l’identique, en expulsant le même nombre de diplomates que chaque pays a expulsé de diplomates russes. Ainsi, 23 Britanniques ayant appris leur expulsion dès le 17 mars. Depuis, une cinquantaine d’Européens, de Canadiens et d’Australiens vont également devoir quitter le territoire russe. Au final, ce sont donc près de 300 diplomates qui ont été expulsés de part et d’autre.

Quatre pays échappent à la contre-attaque de la Russie

Par ailleurs, selon Sergueï Lavrov, le ministre des Affaires étrangères russe et cité par Le Monde, « pour rétablir la vérité », la Russie a demandé la convocation d’une « session extraordinaire » du Conseil exécutif de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC). Le ministre a appelé jeudi les Occidentaux à avoir « une conversation honnête » avec les Russes. Il a appelé à un apaisement sur cette affaire de l’empoisonnement de Sergueï Skripal et de sa fille.

En outre, seuls quatre pays ayant annoncé des mesures contre la Russie échappent pour l’instant aux représailles du gouvernement de Vladimir Poutine.

Compte tenu du fait que la Belgique, la Hongrie, la Géorgie et le Monténégro ont décidé au dernier moment de rejoindre ce mouvement. La Russie se réserve le droit de prendre des mesures à l’avenir.

A ainsi déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Publié le samedi 31 mars 2018 à 19:18, modifications samedi 31 mars 2018 à 12:34

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !