Monde

Accusé de viol, il se défend en invoquant la taille de son sexe

Accusé de viols, Jacques Rouschop détient la preuve anatomique qu’il n’est pas coupable : la petitesse de son sexe et son tour de taille.

Accusé d’avoir violé et étranglé deux travailleuses du sexe à Ottawa, Jacques Rouschop a plaidé non coupable et s’est défendu en déclarant avoir un pénis trop petit pour avoir pu commettre les faits qui lui sont reprochés.

Selon le site tvanouvelles.ca, ce Canadien de 44 ans au pénis de 3 cm, a utilisé cet argument pour nier la violente attaque. Jacques Rouschop, qui a passé une bonne partie de sa vie en prison, aurait agressé sexuellement ces deux prostitués à l’arrière de sa camionnette, en 2013, sur un parking. Toutes deux ont témoigné de la frayeur qu’elles ont ressentie lorsqu’elles ont été agressées et étranglées jusqu’à en perdre connaissance.

Au passage, l’avocate de la défense, Natasha Calvinho, a souligné les limitations physiques de son client pour s’attaquer à la version des faits des deux victimes. Le présumé coupable étant trop gros, elle a avancé que son ventre était trop gros pour pratiquer la levrette et que sa hernie l’aurait empêché d’étrangler qui que ce soit.

Selon une infirmière appelée à témoigner, Jacques Rouschop a un tour de taille de 167 cm, un tour de cuisse de 79 cm et un pénis de 5 cm, en érection. Son poids n’est pas connu, puisque la balance de la prison d’Innes Road, où il est gardé écroué, ne va pas plus haut que 145 kg.

Reste à savoir si ces arguments seront retenus par les jurés pour ne pas imputer les viols des deux prostitués à Jacques Rouschop.

Publié le samedi 15 octobre 2016 à 15:57, modifications lundi 21 novembre 2016 à 12:59

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !