Monde

Espagne : Fausses plaintes de touristes anglais en quête du remboursement de leurs vacances

Depuis quelques années, de plus en plus de touristes anglais déposent de fausses plaintes pour se faire rembourser leur voyage. Une pratique qui coûte particulièrement cher aux hôteliers. 

Les touristes anglais auraient-ils l’estomac plus fragile que les autres touristes ?

Toujours est-il qu’à l’automne dernier, l’Hosbec, l’association des hôteliers de Benidorm, de la Costa Blanca et de Valence, une des zones les plus touristiques d’Espagne, relatait une épidémie de « turista » dans les hôtels des côtes espagnoles.

Les hôteliers qui travaillent avec les tour-opérateurs britanniques ont constaté un bond de 700% des réclamations de clients pour de supposées indispositions durant leurs vacances”, Déclaraient ainsi les professionnels du secteur.

Ainsi selon le Huffington Post du 31 juillet, les touristes anglais ont trouvé le moyen de voyager sans rien débourser.

En effet, en déposant une fausse plainte pour intoxication alimentaire, ils se font indemniser par le biais de sociétés spécialisées.

Une astuce qui ne plaît évidemment pas du tout aux hôteliers espagnols.

10.000 plaintes déposées

Sur la saison 2016-2017 environ 10.000 plaintes ont été déposées. Contre 600 l’année précédente, selon Ramon Estalellale président de la fédération hôtelière CEHAT.

Or, après enquête, il est apparu que si les Anglais étaient les plus touchés par ces épidémies de gastro-entérite, c’est parce que la législation britannique est bien plus souple qu’ailleurs, en cas de plaintes de leurs ressortissants sur leurs lieux de villégiature.

Ainsi, une fois de retour, les vacanciers engageaient auprès des tour-operators des procédures de remboursement. Le plus souvent via des cabinets d’avocats ou des sociétés privées qui les avaient sollicités.

Systématiquement, les tours-operators remboursaient et présentaient la facture aux hôteliers espagnols.

En moyenne, les remboursements s’élevaient à plus de 400 euros par personne (parfois plus que le prix du voyage !).

Une somme rondelette qui a coûté, l’été dernier, quelque 60 millions d’euros à l’industrie hôtelière de la côte nord-est de la péninsule ibérique.

Les touristes anglais persona non grata

Bien décidés à ne pas se laisser berner, certains hôteliers espagnols ont carrément choisi de refuser les touristes anglais cette année.

Quant aux autres, ils ont considérablement haussé le prix des chambres pour les seuls les touristes du Royaume. En guise d’assurance.

L’Abta, l’Association des agents de voyages britanniques, a relayé ces préoccupations en lançant cet été une campagne intitulée « Stop sickness claim » : « arrêtez les plaintes pour maladie ».

Pour l’Abta, la grande majorité des plaintes étaient sinon frauduleuses, du moins très exagérées.

Le ministère des Affaires étrangères du Royaume-Uni a, lui, décidé d’infliger des poursuites pénales aux personnes qui auraient encore recours à cette fraude.

De son côté, les professionnels espagnols réclament des tour-operators britanniques une réforme « radicale » de leur système de réclamation.

Faute de quoi, les relations commerciales avec l’Espagne pourraient se « détériorer ».

Une situation déjà très tendue entre Londres et Madrid sur la question de Gibraltar.

Publié le mardi 1 août 2017 à 10:33, modifications mardi 1 août 2017 à 21:32

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !