Actualité

Le monde est “en guerre”, mais pas “de religion” selon le Pape François

L’Europe subit une vague d’attentats ces derniers mois. Selon le Pape François, il ne s’agit pas d’une guerre de religions.

A l’occasion des Journées Mondiales de la Jeunesse, le pape François est en déplacement en Pologne pour cinq jours. Avant d’arriver à Cracovie, il s’etait exprimé à la suite de l’attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray .

Quand je parle de guerre, je parle d’une guerre d’intérêts, d’argent, de ressources, pas de religion. Toutes les religions veulent la paix, ce sont les autres qui veulent la guerre. On répète le terme d’insécurité, mais le vrai terme est la guerre. Depuis longtemps, le monde est en guerre fragmentaire. La guerre qui était celle de 1914, puis de 39-45, et maintenant celle-ci. Elle n’est peut-être pas organique, mais organisée, c’est la guerre.

Selon lui, le “saint prêtre” mort en faisant sa prière est une victime d’une “guerre fragmentée“.

À son arrivée à Cracovie, le pape devait se rendre au château royal de Wawel pour rencontrée les autorités polonaises puis les évêques catholiques. Il devait aborder la question de la venue des migrants en Europe. En Pologne, les actions du pape pour les migrants, passent mal. La Premier Ministre ne veut pas de migrants pour des raisons de sécurité. L’assassinat du prêtre lui donne de bons arguments sur sa volonté de ne pas accueillir des migrants.

Mais la venue du pape est, tout d’abord, pour rencontrer des centaines de milliers de jeunes catholiques du monde entier. La foule est moindre par rapport aux éditions précédentes. Mardi 26 juillet, plus de deux cent mille personnes ont assisté à la première messe des Journées Mondiales de la Jeunesse. Les organisateurs s’attendaient à un demi-million de personnes. En effet, plus de quatre cent milles pèlerins s’étaient officiellement inscrits pour les JMJ inventés par Jean-Paul II. Les organisateurs affirment que “la série d’attentats en Europe a pu avoir un impact néfaste”.

Le Pape François n’est pas franchement apprécié de l’Eglise de Pologne. En effet, il a du mal à se faire entendre dans le pays du défunt Jean-Paul II. Selon Christopher Lamb, un vaticaniste, des évêques polonais “sont en désaccord avec la direction de pontificat”, et surtout, les appels à ouvrir les églises aux “pécheurs” comme les mères célibataires ou les divorcés remariés.

Jeudi 28 juillet, le Pape sera présent au sanctuaire marial de Czestochowa. Vendredi, il se rendra dans un ancien camp de concentration d’Auschwitz. Environ 1.1 million de personnes dont 1 million de juifs ont été assassinés par les nazis allemands. Sa visite de cinq jours s’achèvera par une traditionnelle veillée de prière samedi et dimanche, les jeunes participants catholiques se rendront à la messe.

Publié le jeudi 28 juillet 2016 à 15:11, modifications jeudi 28 juillet 2016 à 14:55

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !