Actualité

Meurtre du caporal Arthur Noyer : Nordahl Lelandais avoue « une bagarre » qui a entraîné « une chute mortelle »

Nordahl Lelandais a avoué avoir tué le caporal Arthur Noyer. Le parquet de Chambéry a communiqué les détails qu’il a fournis sur les circonstances du drame.

STORY - Episode 4/6

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Mis en examen le 20 décembre pour l’assassinat du caporal Arthur Noyer, 23 ans, Nordahl Lelandais avait fini par avouer le 29 mars dernier qu’il avait tué le jeune militaire. Le jour même, il avait été emmené, en Savoie, par les enquêteurs sur le lieu du drame. En effet, sur les indications du meurtrier, une reconstitution avait eu lieu au col de la Marocaz. A l’endroit où les ossements de la victime avaient été découverts. C’est à ce moment là qu’il a fourni davantage de précisions sur le lieu et les circonstances du drame.

Des coups réciproques

Depuis l’arrestation de l’ancien militaire, rien depuis n’avait filtré sur cette affaire. Ainsi, ce vendredi 6 avril, le Dauphiné Libéré qui s’est fait l’écho du Parquet de Chambéry a annoncé que Nordahl Lelandais avait reconnu « spontanément » avoir « porté des coups » lors d’une « bagarre ». Celle-ci a entraîné la « chute » mortelle d’Arthur Noyer.

Par ailleurs, d’après une information de RTL, l’ancien maître-chien de 35 ans aurait laissé ainsi entendre qu’il ne s’agissat pas d’un acte prémédité.

Il a admis avoir frappé de plusieurs coups de poing au visage Arthur Noyer. Et que l’un d’eux avait entraîné la chute de ce dernier. Nordahl Lelandais indiquait avoir alors constaté le décès.

A déclaré le parquet de Chambéry.

En outre, le Dauphiné Libéré a affirmé que le suspect avait reconnu avoir tué Arthur Noyer. Et ce, dès les premières minutes de son audition, le 29 mars. Des aveux venus spontanément, sans que les enquêteurs ne lui fassent part de nouveaux éléments. Un comportement qui tranche avec celui qu’il avait adopté dans le meurtre de Maëlys.

Des aveux filtrés

En effet, dans l’affaire de la petite fille qui avait disparu en août 2017, Nordahl Lelandais avait « fourni des aveux filtrés ». Après des mois de dénégations, il avait fini par avouer, mi-février, avoir tué « involontairement » la fillette. Or, pour en arriver à ces aveux, il avait fallu qu’il se retrouve acculé par un nouvel élément accablant. A savoir des microtraces de sang sous les tapis de sol du coffre de sa voiture. Il avait alors fini, le 14 février, par conduire les enquêteurs à l’endroit où il avait abandonné le corps de l’enfant. Néanmoins, il s’était tu quant aux circonstances de sa mort.

Enfin, suite aux mises en examen successives de Nordahl Lelandais dans les affaires Maëlys et Arthur Noyer, une cellule de coordination, baptisée Ariane, a été créée. Elle a été missionnée pour procéder à des recoupements entre son parcours de vie et les dossiers non élucidés dans les différentes régions qu’il a fréquentées.

Publié le vendredi 6 avril 2018 à 14:35, modifications vendredi 6 avril 2018 à 14:32

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !