Actualité

#MeToo : Des rassemblements partout en France contre le harcèlement sexuel

Ce dimanche, des milliers de personnes se sont rassemblées afin de protester contre les violences faites aux femmes. Sur les pancartes : le hashtag #Metoo et #balancetonporc, lancés sur les réseaux sociaux.

Paris, Place de la République. Des milliers de personnes se sont regroupées. Leur objectif ? Dénoncer le harcèlement, les agressions sexuelles ou viols subis par les femmes. Des femmes, mais aussi des hommes, avaient écrit sur leurs pancartes « Metoo », « Metoo, j’avais 19 ans », ou « Metoo par un collègue », en lien avec #MeToo. Ce hastag avait permis à de nombreuses femmes de raconter sur Twitter les agressions qu’elles ont vécu. Selon la police, 2 500 personnes se sont rassemblées à Paris ce dimanche.

Faire un buzz autre part que sur les réseaux sociaux

C’est Carol Galand qui a lancé l’appel à manifester. La journaliste a invité “à faire de #metoo autre chose qu’un buzz sur les réseaux sociaux”. Pari réussi ! D’autres rassemblements ont eu lieu aussi en province. Comme à Bordeaux, Marseille ou Lyon… Où une centaine de personnes ont manifesté dans chaque ville.

Sur la place de la République à Paris, Margot raconte son calvaire. Selon Ouest-France, la serveuse âgée de 18 ans, raconte qu’un de ses collègues lui “pinçait les jambes dans l’escalier”. Elle en parle alors à son supérieur, qui va parler à son collègue. Lorsqu’il revient, il lui affirme que “c’était sa manière de communiquer”. Depuis, Margot a démissionné, “en partie pour cela”, raconte-t-elle.

Selon le quotidien, à Bordeaux, une jeune femme raconte avoir été violée à 18 ans pendant une soirée

J’ai dit non et j’ai été violée

Dit-elle.

Vous n’en parlez pas, vous ne voulez pas que cela mette le bazar dans votre famille, dans votre entourage…

Explique une autre, qui avoue n’avoir jamais raconté à ses parents qu’elle avait été droguée et violée à l’âge de 15 ans pendant une soirée.

La parole se libère

Annie, « féministe » qui travaille au Planning familial assure :

Il faut que cela soit un mouvement durable pour qu’on puisse enfin faire bouger les choses. Soyons réactives, soyons unies pour que la loi change et pour que les choses changent réellement!

À Lille, l’ex-députée écologiste Sandrine Rousseau, faisait parti des 80 personnes rassemblées pour la cause.

Le virtuel reste en suspend, là où une manifestation fait en sorte que le mouvement soit sur ses deux pieds et avance

Déclare-t-elle

Tous ces témoignages font suite à l’affaire Weinstein. Les femmes qui avaient accusé de harcèlements et d’agressions sexuelles le célèbre producteur américain ont permis de libérer la parole.

Publié le lundi 30 octobre 2017 à 11:41, modifications lundi 30 octobre 2017 à 11:27

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !