Actualité

Menace terroriste : La France prolonge les contrôles aux frontières jusqu’en avril 2019

Face à une menace terroriste encore « très prégnante » sur son territoire, la France va prolonger les contrôles aux frontières jusqu’en avril 2019.

Les contrôles aux frontières devaient s’achever fin octobre. Or, le gouvernement français a décidé de prolonger une nouvelle fois et jusqu’au 30 avril 2019 ces strictes surveillances.

La menace des « revenants » djihadistes

C’est dans une note adressée au Conseil de l’Union européenne, qui représente les gouvernements des États membres, que la France a estimé que cette mesure était nécessaire en raison d’une menace terroriste « très prégnante sur le territoire ».

L’année 2018 a été marquée à ce jour par deux attaques revendiquées par l’État islamique, qui ont fait cinq morts et 20 blessés au total en France. Ainsi que cinq autres projets d’attaques terroristes.

Précise la note.

Ainsi, cette mesure concerne les frontières terrestres avec la Belgique, le Luxembourg, l’Allemagne, la Suisse, l’Italie et l’Espagne. Mais également les frontières aériennes et maritimes. Toutefois, il ne s’agit pas de contrôles systématiques, mais d’une possibilité de procéder à des vérifications d’identité aux frontières.

Ainsi, le gouvernement français redoute que des individus isolés dangereux soient « susceptibles de se déplacer dans l’Union européenne ». En outre, il argue le risque « du retour de combattants terroristes étrangers ». Un « retour au pays » des ressortissants européens qui s’accentue par la démilitarisation annoncée par la Turquie et la Russie du dernier bastion de l’Etat islamique à Idleb en Syrie. Or, cette zone qui compterait environ 10.000 terroristes, « dont possiblement 400 ressortissants français ou étrangers résidant en France ».

Face à des cellules terroristes se déployant dans plusieurs pays pour compliquer la tâche des services de renseignement, une prolongation des contrôles aux frontières s’impose.

Estime la France.

Enfin, les autorités françaises ont assuré qu’elles procédaient aux contrôles « dans le respect du principe de proportionnalité, au regard d’analyses de risques actualisées ».

Des dispositions ont été prises pour assurer la plus grande fluidité possible du franchissement des frontières, malgré les contrôles.

Cinq autres pays appliquent une prolongation des contrôles aux frontières

Par ailleurs, ce sont également cinq autres pays européens qui ont réintroduit des contrôles aux frontières intérieures de l’espace Schengen. Outre la France, il s’agit de l’Allemagne, l’Autriche, le Danemark, la Suède, la Norvège. Tous allèguent aussi des questions de sécurité ainsi que les déplacements transfrontaliers de migrants entrés irrégulièrement dans l’Union Européenne.

Dans le mêmes temps, plusieurs États soutenus par la Commission européenne, s’inquiètent de voir ces mesures dérogatoires devenir peu à peu la norme. Ils jugent, qu’à terme, ces mesures mettront fin à la libre circulation prônée par l’espace Schengen.

Publié le dimanche 7 octobre 2018 à 11:23, modifications dimanche 7 octobre 2018 à 10:49

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !