Actualité

Le martyr des lapins angoras, torturés pour leur fourrure…

Les images sont difficilement soutenables

Les lapins angora qui vivent dans des élevages de fourrure vivent un calvaire…

Les lapins angoras vivent un véritable supplice au quotidien. Leur longue et douce fourrure est utilisée dans la confection de vêtements, et notamment des pulls. Mais ce qu’il faut savoir, c’est que la fourrure est récupérée de manière absolument atroce. Les animaux souffrent le martyr, et les images sont carrément insoutenables…

Alors que se cache-t-il derrière l’industrie de la fourrure des lapins angoras ? On vous explique tout. Et ce n’est pas joli joli… C’est même très choquant, et même insoutenable pour ceux qui aiment les animaux.

Des images terriblement angoissantes

Les images ont été filmées clandestinement, par l’association PETA, en Asie. On y découvre la souffrance des lapins angoras qui vivent dans des conditions atroces. En effet, ils sont condamnés à vivre dans de toutes petites cages. Leurs pattes passent à travers les grilles, et ils sont parfois coincés. Ils sont recroquevillés tant la cage est minuscule, et ne peuvent quasiment pas bouger. Mais c’est loin d’être le pire…

En effet, on pourrait penser que leur fourrure est tondue, ou éventuellement coupée. Mais non, absolument pas. Elle est arrachée, à vif, de manière extrêmement violente. C’est un supplice terrifiant et barbare que nous pouvons découvrir sur ces images choquantes, et difficiles à regarder. Dur dur de regarder le film jusqu’au bout tant la maltraitance animale est visible… On découvre la souffrance de ces animaux, et leurs cris de douleurs sont difficilement supportables…

Une souffrance indicible

C’est toute une technique pour arracher la douce et longue fourrure des lapins angoras. Il faut savoir que le lapin est un animal très intelligent, et particulièrement sensible. Il aime la présence humaine et, comme les chiens ou les chats, est un bon animal de compagnie. Alors quand on voit comment ils sont traités et le supplice qu’ils vivent dans ces élevages, on a du mal à comprendre…

Car les images parlent d’elle-même. Ce qu’on y voit ? Et bien des employés cruels qui font du mal aux animaux, sans la moindre hésitation. Le lapin angora est attaché, sur le ventre. Il ne peut plus bouger. Et le supplice commence. L’employé lui arrache les poils, avec une violence inouïe. Le lapin hurle de douleur. Sa peau rosée apparaît, meurtrie. Et ça dure, ça dure… c’est tellement long que c’est insupportable…

Puis le lapin, sans poil, est replacé dans sa cage. En attendant que sa fourrure repousse et qu’il soit à nouveau attaché. Et que le supplice recommence, encore et encore, tous les trois mois environs. C’est le temps qu’il faut en effet pour voir les poils repousser suffisamment. Avant de les arracher à vif, à nouveau…

Ces pratiques durent entre deux et cinq ans, pour les lapins qui ont la force de résister à ce traitement inhumain. Cinq ans, c’est vraiment le maximum. Car après, leur fourrure ne repousse plus pareil. Ils sont alors suspendus, la tête en bas, et se font trancher la gorge… pour que leur carcasse soit vendue.

Une lutte sans fin

Dans d’autres élevages de lapins angoras, les animaux sont tondus. Cette pratique semble bien évidemment moins barbare, et c’est en effet le cas. Cependant, les animaux souffrent énormément aussi. On les ligote fermement, on les suspend par les pattes arrières, ce qui est douloureux pour l’animal. Et il est tondu, avec des outils si aiguisés que souvent, le lapin est gravement blessé. D’autant plus que les employés n’ont pas le temps de faire cette tonte délicatement. Le lapin se débat pour essayer désespérément de s’échapper…

Malheureusement, il n’a aucune chance. Et les animaux, choqués, peuvent parfois mourir d’une crise cardiaque, les lapins étant extrêmement fragiles et sensibles. Mais peu importe… pour ces producteurs d’angora, ce qui compte c’est la rentabilité. Les entreprises demandent de l’angora pour fabriquer des vêtements, alors ils fournissent. Se fichant complètement du bien-être animal.

L’animal souffre, c’est une évidence. Mais les employés masquent leurs émotions et n’en ressentent plus aucune à force de réaliser de travail cruel. Ils n’ont pas vraiment le choix, les entreprises d’élevage de lapins angoras leurs fixant des objectifs à tenir. La loi du business… difficile à comprendre tout de même !

Que peut-on faire ?

Malheureusement pas grand-chose. Le premier producteur d’angora n’est autre que la Chine. Or, dans ce pays, le bien-être animal est loin d’être une priorité. IL n’existe aucune norme pour réglementer le traitement des animaux. Et les abus infligés aux animaux dans les élevages ne sont pas punis par la loi.

La solution serait donc de changer nos habitudes de consommation, en évitant d’acheter tout vêtement contenant de l’angora. Il faut laisser la fourrure angora en dehors de nos armoires, et vérifier les étiquettes en faisant du shopping. C’est actuellement la seule manière de lutter contre les élevages de fourrure de lapins angoras. Car les lois en Chine n’existent pas et les entreprises de lapins angoras peuvent traiter les animaux comme bon leur semble…

Des avancées majeures

Cependant, il faut noter qu’après la diffusion des images de PETA Asie montrant les dessous de l’industrie de l’angora en Chine, les comportements ont évolué. En effet, les consommateurs ont été très choqués en découvrant les images de ces pauvres lapins terrorisés, hurlant de douleur. Les distributeurs également s’en sont rendus compte.

Aussi, après avoir découvert l’horreur de ces images, plus de 230 marques ont décidé de ne plus utiliser la fourrure de lapin angoras dans les vêtements. Parmi elles, on peut notamment citer Gap, Lacoste, The Kooples, C&A, Calvin Klein, Esprit ou encore Tommy Hilfiger. Et après avoir été contacté par PETA Etats-Unis, Inditex a banni l’angora et a fait don de son stock restant à des réfugiés. Pour rappel, Inditex est le plus grand distributeur de vêtements au monde…

Malgré tous ces progrès qui sont encourageants et porteurs d’espoirs, des milliers de lapins angoras continuent à souffrir et à vivre un calvaire dans les élevages, notamment en Chine. Il est important de communiquer à ce sujet, de montrer les images et de diffuser le message, afin de les sortir de cet enfer le plus vite possible. Il faut poursuivre le combat, pour que les lapins angoras ne soient plus torturés, comme c’est actuellement le cas pour des milliers d’entre eux…

Publié le vendredi 9 juin 2017 à 13:03, modifications mardi 4 juillet 2017 à 11:16

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !