Actualité

Macron dans l’Aude une semaine après des inondations meurtrières

Une semaine après les intempéries qui ont fait 14 morts dans l’Aude, Emmanuel Macron est arrivé lundi dans le département pour apporter son soutien aux sinistrés encore sous le choc, et rencontrer des élus et les secours.

Le chef de l’État a commencé sa visite par la petite commune de Villalier (1.000 habitants), au nord-est de Carcassonne, l’une des plus touchées par les crues, où deux personnes ont péri.

Accompagné notamment du nouveau ministre de l’Intérieur Christophe Castaner et du ministre chargé des collectivités territoriales Sébastien Lecornu, il doit rencontrer les familles des 14 personnes décédées, réunies dans la salle polyvalente ainsi que des maires des communes sinistrées, puis visitera un quartier du village.

Parmi ces proches, figure la veuve de Jean Mazières, tué en mars à Carcassonne lors d’un attentat jihadiste, et qui a perdu ses parents dans l’inondation. La venue du président “représente une certaine reconnaissance mais on espère qu’on sera aidé, qu’il fasse que les choses s’accélèrent pour la reconstruction”, a témoigné auprès de l’AFP Nathalie Luquet, une habitante qui a hébergé une quinzaine de personnes lors des inondations.

Emmanuel Macron doit ensuite se rendre à Trèbes, à 20 kilomètres de là, où 6 personnes sont mortes durant la crue. Il a prévu d’y déjeuner avec les acteurs engagés dans les secours puis de s’adresser publiquement aux forces de secours.

L’Aude a reçu en quelques heures l’équivalent de trois mois de pluies, les pires localement depuis 1891, qui ont fait également plus de 70 blessées.

Des centaines de personnes sont sinistrées, leur maison dévastée, des routes sont éventrées, des villages ravagés. Dans les 126 communes les plus touchées, l’État a reconnu l’état de catastrophe naturelle, pour que les assureurs indemnisent plus vite les victimes.

Les dégâts matériels représentent “de l’ordre de 200 millions d’euros”, notamment pour les habitations et les véhicules”, a estimé dimanche le ministre de l’Économie Bruno Le Maire.

“La solidarité de l’État sera totale”, a promis lundi le nouveau ministre de l’Agriculture Didier Guillaume sur CNews. “La priorité, c’est le relogement, c’est les familles, c’est la reconstruction”.

Il a assuré les agriculteurs de la présence de l’État “à leurs côtés pour les aider”, soulignant attendre un point exact sur la situation agricole “absolument catastrophique”, les vignes notamment étant détruites.

“Mesures exceptionnelles”

Le Premier ministre Édouard Philippe, dont la cote de popularité a bondi en octobre à 12 points au-dessus de celle du chef de l’État, stagnante à 29%, selon un sondage Ifop paru dimanche, s’était rendu sur place dès lundi dernier. Emmanuel Macron avait exprimé “l’émotion et la solidarité de la nation”. Il avait annoncé qu’il s’y rendrait “dès que possible” et décalé d’une journée l’annonce du remaniement gouvernemental.

Certaines voix dans l’opposition se sont élevées pour dire que le président aurait dû s’y rendre avant.

“Il aurait dû y aller (…) avant parce que dans le contexte dans lequel s’est déroulé ce drame, avec de nombreux morts comme on en vit malheureusement régulièrement sur le territoire français et sur la Côte d’Azur en 2015, cette situation-là mérite l’attention particulière de l’État”, a commenté lundi le vice-président des Républicains Jean Leonetti sur France Info.

Édouard Philippe s’était lui rendu à Villegailhenc (1.600 habitants), où deux personnes sont décédées. “Nous espérons bien évidemment une aide forte de l’État”, a répété lundi le président du conseil départemental André Viola, précisant s’être entretenu la veille avec Emmanuel Macron. Il a demandé des “mesures exceptionnelles”.

Sur les 126 communes pour lesquelles l’état de catastrophe naturelle a été reconnu, “122 sont rurales. S’il n’y a pas de solidarité forte, elles ne se relèveront pas”, avait-il souligné samedi.

Le conseil départemental de l’Aude doit voter lundi 37 millions d’euros de crédits supplémentaires pour aider les sinistrés et engager les premiers travaux de rénovation La Région Occitanie a annoncé un plan d’investissements de 25 millions d’euros, qui sera voté le 16 novembre prochain.

Publié le lundi 22 octobre 2018 à 11:40, modifications lundi 22 octobre 2018 à 11:40

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !