Actualité

L’ONU approuve le démantèlement de la jungle de Calais

Le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) s’est réjoui du démantèlement de la jungle de Calais. Toutefois, il a également exhorté à ce que la fermeture du camp s’accompagne de la réorientation des milliers de migrants vers des centres d’accueil.

Comme l’avait annoncé François Hollande fin septembre, le démantèlement complet de la lande de Calais devrait intervenir dans les jours ou les semaines à venir.

Estimant que « la jungle pose problème », le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) s’est « félicité » de cette décision de l’Etat français, dans un communiqué publié ce vendredi 14 octobre.

C’est une bonne chose car ce site de la jungle pose problème depuis des années et le HCR recommande depuis longtemps sa fermeture.

A ainsi déclaré Adrian Edwards, le porte-parole du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), lors d’une conférence de presse à Genève.

Si les Nations Unies jugent cette décision « bienvenue », puisqu’elles réclament la fermeture du camp depuis sa création au printemps 2015, le HCR a toutefois mis en garde sur la nécessité d’informer correctement les demandeurs d’asile et de fournir aux occupants du camp un suivi approprié en leur fournissant un abri décent.

De plus, le sort des enfants mineurs isolés est particulièrement préoccupant. En effet, selon le dernier recensement de France Terre d’asile, les mineurs isolés seraient au nombre de 1 290 dans la  jungle, dont 200 qui ont de la famille identifiée en Grande-Bretagne.

L’ONU demande donc à être particulièrement vigilant quant à ces profils afin qu’ils ne quittent pas les lieux par eux-mêmes et se retrouvent à la rue ou exploités.

Il est important qu’ils ne tombent pas entre les mains de trafiquants ou finissent dans la rue sans aucune aide.

A ajouté le porte-parole.

Le camp de migrants de Calais abriterait environ 6 000 personnes en quête d’un passage au Royaume-Uni, selon la préfecture, mais deux à trois mille de plus selon les associations humanitaires.

Les autorités françaises ont trouvé au moins 7 000 places dans des centres d’accueil ailleurs en France, complétant les 3 000 existantes.

Dans ce contexte, le HCR avait félicité les autorités françaises d’avoir réussi à doubler ces derniers mois l’espace disponible dans les centres d’accueil pour les demandeurs d’asile en France tout en exhortant le gouvernement à continuer d’augmenter le nombre des places, estimant qu’il en faudrait 20 000 supplémentaires.

Publié le samedi 15 octobre 2016 à 12:05, modifications dimanche 20 novembre 2016 à 1:25

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !