Actualité

Attentats de Bruxelles : Un logiciel du FBI à l’origine de l’identification de Mohamed Abrini

Comment prouver que Mohamed Abrini est bel et bien le troisième homme du terrible attentat de l’aéroport de Bruxelles du 22 Mars ? Comment affirmer qu’il est « l’homme au chapeau » aperçu sur les images de surveillance de l’aérogare ? Le FBI a pu en apporter la confirmation grâce à son logiciel de reconnaissance faciale.

Le 9 Avril, le parquet fédéral avait publié un communiqué à 16h40 nous révélant qu’il ne pouvait affirmer que Mohamed Abrini, pour lequel il venait de lancer un mandat d’arrêt en rapport aux attentats de novembre à Paris, était bien le troisième homme présent lors des attentats de Bruxelles. Or, quelques heures plus tard, à 19h09, un nouveau communiqué affirme cette fois-ci que Mohamed Abrini correspond finalement à la personne recherchée.

Il a été confronté aux résultats de diverses expertises et a reconnu sa présence lors des faits. Il a expliqué avoir jeté sa veste dans une poubelle et revendu son chapeau ensuite

Le parquet ne cesse de revendiquer le fait que les magistrats ne communiquent et ne confirment que ce dont ils sont absolument certains. Mais comment sont-ils passés du tout au rien en si peu de temps ? D’après L’Echo, cela aurait été possible grâce à l’intervention du FBI.

Dès les attaques contre la Belgique, la Maison-Blanche avait proposé d’envoyer des enquêteurs sur place afin d’aider l’avancée de l’enquête. Les autorités belges et américaines travaillaient alors en collaboration. N’ayant pas le chapeau en question suite à sa revente, d’après l’explication douteuse fournie par Mohamed Abrini, et l’explosion ayant détruit la majorités des traces présentes sur les lieux de l’attentat, la recherche de concordance d’ADN ou d’empreintes digitales était fortement compromise. Le FBI a alors proposé l’utilisation de leur logiciel de reconnaissance faciale, le NGIS (Next Gen Identification System) développé avec la société Morpho Trust, qui aurait alors permis de confirmer les doutes : Mohamed Abrini est « l’homme au chapeau ».

La divulgation de l’interrogatoire du suspect devant le juge d’instruction par BFMTV, nous a donné la possibilité d’entendre son point de vue, lui qui affirme qu’il ne « ferait pas de mal à une mouche » et qu’il n’avait jamais eu l’intention de se faire sauter dans cet attentat initialement destiné au sol français. Mohamed Abrini a beau clamer qu’il s’est associé aux frères El Bakraoui dans le seul but de se cacher, se dédouanant de faire partie des cerveaux des attaques, les preuves ne peuvent être niées.

La détention d’Osama Krayem, d’Hervé B.M., de Bilal Makhoukhi, des frères Smaïl et Ibrahim Farisi ainsi que de Mohamed Abrini est prolongée d’un mois par la chambre du conseil. Mohamed Abrini, qui a loué un appartement hôtel à Alfortville avec Salah Abdeslam dans lequel plusieurs terroristes ont séjourné avant les attaques de Paris, se retrouve inculpé pour participation aux activités d’un groupe terroriste, assassinats terroristes dans le dossier relatif aux attaques de Paris ainsi que de Bruxelles pour lequel s’ajoute tentative d’assassinats terroristes.

Publié le vendredi 15 avril 2016 à 15:55, modifications vendredi 15 avril 2016 à 15:32

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !