Actualité

Levallois-Perret : Un conducteur recherché après avoir foncé sur des militaires de l’opération Sentinelle

Plusieurs militaires de l’opération Sentinelle ont été blessés à Levallois-Perret, dont deux se trouveraient dans un état grave, selon la préfecture de police.

Une voiture a foncé sur des militaires de l’opération Sentinelle à Levallois-Perret, dans les Hauts-de-Seine.

L’attaque a eu lieu vers 8 heures ce mercredi 9 août au niveau de la place de Verdun.

Le véhicule, une berline allemande, est toujours activement recherché.

Un acte « à priori délibéré »

Selon une information du Parisien, cette attaque a fait cinq blessés parmi les soldats. Deux d’entre eux sont dans un état sérieux même si leur pronostic vital n’est pas engagé, a annoncé la Préfecture de police de Paris.

En outre, celle-ci a évoqué un acte « à priori délibéré ».

Des militaires de l’opération Sentinelle sont sortis en rang pour faire leur tournée. Et il y a un véhicule BMW qui était positionné dans l’allée. Et qui leur a foncé dessus au moment de retrouver leur véhicules.

A pour sa part déclaré le maire de la ville, Patrick Balkany, sur BFMTV.

C’est sans aucun doute un acte délibéré parce que ça s’est passé dans une voie qui est un cul-de-sac devant le casernement de ces militaires. Et ce véhicule, visiblement, attendait qu’ils sortent pour rejoindre leur véhicule. Et leur a foncé dessus.

A-t-il ajouté.

Depuis janvier 2015, la France est visée par une vague d’attentats djihadistes qui a fait au total 239 morts. Les derniers ciblant tout particulièrement les forces de l’ordre, sur des sites emblématiques.

Or, cet incident intervient quatre jours après une tentative d’attaque contre d’autres soldats de l’opération Sentinelle sur le site de la tour Eiffel à Paris.

En effet, samedi soir peu avant minuit, un homme avait franchi le portique d’accès en bousculant un agent de sécurité.

Il avait ensuite sorti un couteau en criant « Allah Akbar ».

Immédiatement, des militaires de l’opération Sentinelle lui avaient ordonné de poser son couteau à terre. L’homme s’était exécuté sans opposer de résistance et avait été interpellé. Interné en service psychiatrique, l’assaillant était en permission de sortie.

Au cours de sa garde à vue, il avait admis vouloir « commettre un attentat contre un militaire ». Lundi, il a été réadmis en hospitalisation d’office.

Le conducteur en fuite

Concernant l’attaque de ce mercredi, le véhicule est toujours en fuite et une opération de police a été déployée à la poursuite du conducteur.

Par ailleurs, les enquêteurs sont actuellement en train d’étudier la vidéosurveillance.

Publié le mercredi 9 août 2017 à 12:03, modifications jeudi 10 août 2017 à 16:28

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !