Actualité

L’État islamique n’aurait plus les moyens de payer ses combattants

D’après le Trésor Américain, Daesh seraient dans la dèche, au point de ne plus pouvoir assurer les salaires de ses combattants.

Le plan stratégique de la coalition et de ses alliés est claire et connue de tous : l’objectif est d’affaiblir Daech en s’attaquant à ses finances.

Ce but semble être sur le point de porter ses fruits, car si on s’en réfère aux dernières déclarations du Trésor Américain devant une commission du Congrès, le groupe terroriste peinerait à payer ses membres :

Quand nous recevons des indications que l’EI ne peut pas payer les salaires de ses propres combattants et tente de compenser par d’autres sources de revenus, nous savons que nous les frappons là où ça fait mal

A affirmé jeudi 9 juin Daniel Glaser, le secrétaire adjoint en charge de la lutte contre le financement du terrorisme.

Il s’est ainsi félicité d’annoncer que les frappes menées depuis août 2014 par la coalition ont atteint leurs objectifs :

Même si c’est difficile à quantifier, les destructions engendrées perturbent la production des champs de pétrole dont Daech s’est emparé en Irak.

Les Etats-Unis estiment que l’organisation jihadiste a engrangé environ un milliard de dollars en 2015, dont la moitié serait issue des exportations pétrolières.

De plus, les récents raids aériens auraient visé des réserves d’argent liquide, dont le montant serait estimé à 100 millions de dollars.

Ainsi, Daniel Glaser a rappelé que

Les sources de revenu de l’EI comprennent les ventes de pétrole et de gaz, l’extorsion et les taxes, les dons extérieurs, les kidnappings, et auparavant, le pillage des banques.

En effet, Daech aurait volé entre 500 millions et un milliard de dollars dans les coffres des banques syriennes et irakiennes. Le seul pillage de la banque centrale de Mossoul aurait rapporté 425 millions de dollars à l’organisation terroriste. Cependant, pour compenser les pertes liées aux attaques menées par la coalition internationale, l’État islamique aurait début dès février à imposer des taxes aux populations les plus pauvres, jusqu’alors exemptées.

Pour finir, le secrétaire adjoint en charge de la lutte contre le financement du terrorisme a confié que l’argent de riches donateurs originaires du Golfe restait une source important de revenus pour Daech.

Rappelons que les Etats-Unis avaient annoncé avoir tué en mars derniers, Abd al-Rahman Mustafa al-Qaduli, considéré comme le ministre des finances et numéro 2 de l’État islamique. En frappant le portefeuille, et ceux qui le gère, de l’État islamique, l’objectif est de fragiliser le fonctionnement de l’organisation, qui aurait besoin de 74 millions d’euros par mois pour subvenir aux besoins des populations qui vivent sur son territoire (source RFI).

Publié le samedi 11 juin 2016 à 15:40, modifications samedi 11 juin 2016 à 13:45

Vidéos relatives

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Vu sur le web

Vers le top