Actualité

L’état donne l’autorisation d’abattre 40 loups pour l’année 2017-2018

Afin de limiter les dégâts sur les troupeaux, l’état a autorisé l’abattage de 40 loups pour l’année 2017/2018.

Le retour du loup est une bonne chose pour la biodiversité mais suscite une grande crainte pour les éleveurs. Les troupeaux sont de plus en plus attaqués, en 2016, plus de 10 200 moutons ou brebis ont en effet été blessés ou tués par des loups.

abattre des loups fait souvent augmenter le nombre d’attaques

C’est la conclusion d’une étude qui vient d’être publiée dans la revue « Frontiers in Ecology and the Environment ». Dans presque 50% des cas, l’abattage de loups fait augmenter le nombre d’attaque contre les animaux de rente ou animal de production.Pourtant, l’état en a décidé autrement en autorisant l’abattage de 40 loups entre le 1er juillet 2017 et le 30 juin 2018.

ont annoncé ce jeudi Nicolas Hulot et Stéphane Travert, les ministres de la Transition écologique et de l’Agriculture.

Ces prélèvements sont autorisés dans 20 départements: Alpes-de-Haute-Provence, Hautes-Alpes, Alpes-Maritimes, Ariège, Bouches-du-Rhône, Ardèche, Aude, Drôme, Isère, Lozère, Haute-Marne, Meuse, Pyrénées-Orientales, Savoie, Haut-Rhin, Haute-Saône, Haute-Savoie, Vosges, Var, Vaucluse.

Dans la perspective d’un nouveau plan Loup 2018-2022, une concertation aura lieu à la rentrée et une étude a été lancée pour mesurer l’efficacité des tirs sur la prédation de l’animal vis-à-vis des troupeaux.

Nicolas Hulot veut une cohabitation entre les loups et les hommes

Le ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, explique sa stratégie pour faire cohabiter aux mieux les loups et les hommes.

-à court terme et dans l’urgence, les éleveurs sont autorisés à deux tirs de défense renforcée afin de mieux protéger leurs troupeaux lorsqu’ils sont attaqués, une procédure très encadrée et qui ne vaut pas forcément abattage de loups ;

-à plus long terme, une discussion apaisée et prolongée est engagée dès aujourd’hui pour entendre les points de vue de chacun et construire un plan national 2018-2022 pour le loup afin d’être prêt au 1er janvier prochain.

Ci-dessous vous pouvez consulter le communiqué de presse du ministre, Nicolas Hulot.

Publié le vendredi 21 juillet 2017 à 16:41, modifications vendredi 21 juillet 2017 à 16:41

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !