Actualité

Les bactéries multi-résistantes : Le nouveau fléau sanitaire ?

Les antibiotiques ont de plus en plus de mal à lutter contre les bactéries multi-résistantes. Ce phénomène est à l’origine de 33.000 décès en Europe en 2015.

Selon une étude publiée dans la revue The Lancet Infectious Diseases, lundi 5 novembre, l’impact des bactéries multi-résistantes est « comparable à l’effet cumulé de la grippe, de la tuberculose et du virus du sida ».

Des bactéries résistantes aux antibiotiques

Ainsi, selon les analyses de chercheurs européens, en 2015, 33.000 personnes sont décédées dans l’Union européenne à cause de bactéries résistantes aux antibiotiques. Basé sur les données du réseau européen de surveillance EARS (European Antimicrobia Resistance Surveillance Network), les scientifiques ont élaboré un modèle de calcul des contaminations et des morts pour cinq types d’infections.

Or, pour l’année 2015, ils estiment à 671.689 le nombre de personnes contaminées. Et à 33.110 le nombre de morts attribuables aux bactéries multi-résistantes.

L’impact est comparable à l’effet cumulé de la grippe, de la tuberculose et du virus du sida. Sur la même période.

Ont alerté les auteurs.

En outre, cette étude révèle que la majorité des décès touchent les jeunes enfants de moins de 12 mois et les plus de 65 ans. L’impact en termes de mortalité est le plus élevé en Italie et en Grèce. L’Italie comptant à elle seule pour plus du tiers des morts associées aux super-bactéries. La France, elle, est placée au 6ème rang des pays les plus touchés.

Sur le total de 670.000 infections par une bactérie multi-résistante estimées en 2015, près des deux tiers ont été contractées dans le milieu hospitalier.

Une mauvaise utilisation des antibiotiques

Ce danger trouve son origine dans la sur-utilisation ou d’une mauvaise « utilisation des médicaments antimicrobiens ». En effet, les antibiotiques sont la principale cause dans ce phénomène observé dans le monde entier. Chez les humains comme dans l’agriculture et l’élevage, où les antibiotiques sont souvent massivement utilisés. Non seulement pour soigner les animaux mais aussi pour favoriser leur croissance. Les bactéries super-résistantes qui se développent ainsi chez les animaux peuvent se propager chez l’Homme. Soit par la contamination de l’eau, soit par les déjections. Ils peuvent aussi voyager par les exportations de viande.

Bien qu’anticipé dès les années 1950 par le découvreur de la pénicilline Alexander Fleming, la résistance antimicrobienne a atteint des niveaux de plus en plus inquiétants ces dernières années. Constat aggravant, celle-ci a été facilitée par l’absence d’antibiotiques nouveaux.

Publié le mercredi 7 novembre 2018 à 8:36, modifications mercredi 7 novembre 2018 à 8:02

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !