Actualité

Le pape en mode démineur reçoit la conférence épiscopale américaine

Le pape – en première ligne face à une déferlante de nouvelles enquêtes dévastatrices détaillant des abus sexuels commis par le clergé – reçoit jeudi la direction de l’épiscopat américain, décidé à déminer le terrain le plus explosif de l’Eglise.

François s’entretiendra jeudi en mi-journée dans son palais épiscopal avec le président de la conférence des évêques catholiques des Etats-Unis, le cardinal Daniel DiNardo, qui sera accompagné par son vice-président Mgr José Horacio Gómez et son secrétaire général Mgr Brian Bransfield.

Ils s’exprimeront en présence de l’archevêque de Boston Sean O’Malley, président de la Commission pontificale pour la protection des mineurs et proche conseiller de François.

Mais aucune déclaration à la presse après cette rencontre très attendue n’est pour l’instant prévue, selon une porte-parole de l’épiscopat.

Un sondage diffusé mercredi par la chaîne américaine CNN révèle une chute de popularité du pape François. Seulement la moitié des Américains (48%) se déclarent favorable au souverain pontife argentin, contre 72% en décembre 2013, première année de son pontificat.

Au sein des catholiques américains, sa cote a également baissé à 63%, contre 83% dix-huit mois plus tôt, souligne cette même enquête réalisée la semaine dernière auprès de 1.000 personnes.

Le cardinal Daniel DiNardo et le cardinal Roger Michael mathony lors d'une prière dans la basilique Saint-Pierre au Vatican, le 6 mars 2013

(credit photo AFP/Archives) Le cardinal Daniel DiNardo et le cardinal Roger Michael mathony lors d’une prière dans la basilique Saint-Pierre au Vatican, le 6 mars 2013

La publication en août d’un terrifiant rapport sur des agressions sexuelles commises en Pennsylvanie (est des Etats-Unis) par le clergé, ajoutée à la démission en juillet du cardinal américain Theodore McCarrick accusé d’abus sexuels anciens sur un jeune homme de 16 ans, ont secoué l’ensemble de l’Eglise catholique américaine, révélant au passage de profondes divisions politiques entre évêques.

Puis un ex-ambassadeur auprès du Saint-Siège, Mgr Carlo Vigano, est allé jusqu’à demander la démission du pape fin août, en l’accusant d’avoir couvert pendant cinq ans le cardinal américain Theodore McCarrick pourtant présenté par des diplomates comme un redoutable prédateur homosexuel de séminaristes et prêtres. Il accuse aussi François d’avoir balayé des sanctions (apparemment assez confidentielles) prononcées à l’encontre de McCarrick par son prédécesseur Benoît XVI.

“Le 11 septembre de l’Eglise”

Les échanges à huis clos avec le pape devraient porter sur l’ensemble de ces dossiers particulièrement dommageables pour l’Eglise.

Les abus sexuels commis par des membres du clergé sur des mineurs sont “le 11 septembre” de l’Eglise, a décrit mardi Mgr Georg Gänswein, secrétaire particulier du pape émérite Benoît XVI, en parlant de tant de victimes “blessées si gravement et mortellement”.

Fin août le cardinal DiNardo, de Houston, avait exprimé son désir de rencontrer le pape pour lui présenter le “plan d’action” élaboré par les évêques américains pour “faciliter le signalement d’abus ou de mauvaise conduite par des évêques”.

Mgr DiNardo avait prudemment fait valoir que les accusations de Mgr Vigano renforçaient la nécessité d’un examen “rapide et complet” sur les raisons pour lesquelles “les graves erreurs morales d’un frère evêque (McCarrick, ndlr) avaient pu être tolérées pendant si longtemps et ne pas entraver son avancement”.

“Les questions soulevées méritent des réponses concluantes, reposant sur des preuves, sinon des innocents pourraient être souillés par de fausses accusations et les coupables pourraient répéter leurs péchés passés”, avait-il plaidé.

Aux Etats-Unis, un groupe rassemblant 5.000 chefs d’entreprises catholiques a mis sous séquestre 820.000 dollars de contribution annuelle destinée au Saint-Siège dans l’attente de clarifications.

Si le pape François a refusé jusqu’à présent de commenter les accusations de Vigano, lancées voici presque trois semaines, au beau milieu d’un voyage déjà compliqué en Irlande, le Vatican a précisé lundi qu’il apporterait prochainement “les éclaircissements nécessaires”.

Aux Etats-Unis, certains des nombreux prélats également ciblés par Vigano, se sont défendus publiquement. A l’instar du cardinal Donald Wuerl de Washington, ex-évêque de Pennsylvanie, fustigé pour avoir été défaillant face aux abus sexuels massifs perpétrés dans cet Etat.

Le cardinal de 77 ans vient néanmoins d’annoncer qu’il compte se rendre à Rome pour discuter de sa démission avec le pape.

François vient de convoquer du 21 au 24 février 2019 au Vatican une réunion sans précédent de tous les présidents des conférences épiscopales dans le monde pour aborder le thème de “la protection des mineurs”, a annoncé mercredi le Saint-Siège.

Sans obtenir de répit. La presse en Allemagne a dévoilé mercredi un rapport relatant des milliers d’abus sexuels sur mineurs passés sous silence durant des décennies.

Publié le jeudi 13 septembre 2018 à 5:10, modifications jeudi 13 septembre 2018 à 5:10

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !