Actualité

L’attentat de Charlie Hebdo raconté par une de ses victimes

Trois ans après l’attentat, Philippe Lançon livre un récit puissant des événements.

Le 7 janvier 2015. Une date désormais impossible à oublier. Le jour où Charlie Hebdo a été attaqué par des terroristes. Douze personnes trouvent la mort. Philippe Lançon, un survivant raconte son histoire.

Une balle lui a arraché le bas du visage

Ce jour-là, ils sont rassemblés en conférence de rédaction. Charb, Cabu, Wolinski, Honoré, Tignous, Elsa Cayat et Bernard Maris sont présents. C’est le moment que choisissent des terroristes pour faire irruption. Ils crient “Allah Akbar” et vont tuer 12 personnes. Parmi les survivants, on trouve Philippe Lançon, une balle lui a arraché le bas du visage. Il signe “Le Lambeau” (Gallimard), son récit des événements.

Quand il arrive à la rédaction le 7 janvier, il est en retard. Les présents débattent alors de “Soumission”, le dernier roman de Houellebecq. Peu avant 11h30, l’arrivée des tueurs va tout bouleverser.

J’ai tourné ma langue dans ma bouche et j’ai senti des morceaux de dents qui flottaient un peu partout. J’ai su plus tard que la salle de rédaction était une mare de sang, mais si je baignais dedans, je ne le voyais presque pas.

Il raconte ensuite sa longue récupération. Les infirmières, les médecins, les policiers, son frère. Cet accompagnement de tous les instants, ce long apprentissage qui sera nécessaire pour tous les gestes du quotidien.

À partir du 7 janvier, tous les mondes dans lesquels j’avais vécu, toutes les personnes que j’avais aimées se mirent à cohabiter en moi sans préséance ni bienséance, avec une intensité folle, proportionnelle à la sensation qui dominait : j’allais les perdre, je les avais déjà perdus.

Terrible constat, son récit s’achève, le 13 novembre. Le jour de l’attaque du Bataclan. Philippe Lançon est alors à New York, loin de Paris, loin de Charlie et pourtant, il a l’impression que tout recommence.

C’était de nouveau, comme au réveil après l’attentat, un décollement de conscience, et j’ai senti que tout recommençait, ou plus exactement continuait, en moi et autour de moi…

 

Publié le lundi 16 avril 2018 à 15:11, modifications lundi 16 avril 2018 à 15:09

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !