Actualité

« L’ange de la mort », le chiite qui veut détruire l’Etat Islamique

Abu Azrael est devenu un véritable héros pour des milliers d’irakiens dans la lutte contre les djihadistes. Il affirme avoir combattu l’EI dans une demi-douzaine de champs de bataille.

Le milicien chiite Abu Azrael, dont le nom signifie Père de l’ange de la mort, est devenu pour des milliers d’irakiens le héros sans peur qui symbolise la lutte contre l’État Islamique (EI).

La page Facebook de Abu Azrael – un homme costaud, la tête rasée et la barbe épaisse, ayant perdu l’usage de sa main droite dans une explosion – a déjà obtenu plus de 280 mil likes. Sur les réseaux sociaux, en particulier sur Twitter, les photos se multiplient tantôt avec un hélicoptère, tantôt à côté d’un lion ainsi que les commentaires louant le combattant chiite.

Originaire de Bagdad, Abu Azrael, dont le vrai nom est Ayub Faleh al Rubaie, a popularisé le slogan “Ila tahin” (en ruine), qui réaffirme sa volonté d’écraser l’État Islamique.

Je jure devant Dieu que je n’aurai aucune pitié,

a déclaré Abu Azrael se référant aux djihadistes.

Abu Azrael a dans sa main gauche un poignard. À l’épaule il porte un fusil d’assaut M4. Les poches de son gilet par balles sont remplies de munitions et de grenades. Abu Azrael incarne la réaction forte et déterminée que des centaines de milliers d’Irakiens exigent contre les miliciens de l’État Islamique. Il symbolise la volonté d’effacer la honteuse fuite de l’armée avant l’offensive djihadiste de 2014.

Abu Azrael a commencé sa formation militaire auprès de l’armée du Mahdi, la milice de l’influent chef chiite Moqtada al-Sadr, dans la région de Damas, où il participa aux combats contre les rebelles qui voulaient renverser le président syrien Bashar al-Assad.

En Irak, Abu Azrael a combattu à Amerli, une ville majoritairement chiite assiégée par les djihadistes en 2014 et où, selon lui, les miliciens de l’EI ont massacré les enfants à la haches. Abu Azrael dit que l’un des responsables de ce massacre est mort au combat, mais les deux autres ont été traqués et décapités.

Pour se justifier, il cite une phrase du Coran:

Attaque-les comme ils ont attaqué.

Les déclarations de ce guerrier attirent de nombreux Irakiens qui réclament vengeance pour les atrocités commises par les djihadistes, y compris les décapitations, les viols, la torture, etc..

Abu Azrael se décrit lui-même comme un homme simple, issu d’une famille simple, père de quatre filles et d’un garçon.

Quand j’emmène mes enfants à l’école je suis tranquille. Mais devant l’État Islamique je montre un autre visage,

Dit Abu Azraël, qui refuse de pointer les différences entre sunnites et chiites.

Nous faisons tous partie du même pays : l’Irak.

Pour l’Iraq, Azrael est prêt à sacrifier sa vie.

Je me considère 100 % un martyr, si Dieu le veut. Je suis prêt à mourir, maintenant ou plus tard,

Conclut-il avant de partir pour une nouvelle bataille.

Publié le dimanche 29 novembre 2015 à 16:52, modifications dimanche 29 novembre 2015 à 16:52

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

1 Commentaire