Actualité

Lagny-sur-Marne : Suite à la fermeture de la mosquée, les musulmans prient dans la rue

Depuis la fermeture de la mosquée de Lagny-sur-Marne, des fidèles prient dans la rue. La mairie a demandé, en vain, à l’État d’agir.

Depuis la fermeture de la mosquée à Lagny-sur-Marne, début décembre 2015, par décision de l’État, il n’existe plus de lieu de culte musulman dans la commune. Or, suite à cette décision, les prières se déroulent sur la place Marcel-Rivière, un quartier de la ville considéré comme sensible par l’État.

Malgré plusieurs courriers et rendez-vous en préfecture et au ministère, la situation n’est toujours pas réglée. Selon BFMTV, cinq fois par jour, depuis près d’un an, une dizaine de fidèles sortent leurs tapis de prière, en silence. Ils seraient une quarantaine le vendredi.

Considérée comme un foyer d’idéologie radicale, le maire déplore que sa ville soit laissée seule face à un problème national. C’est pour cela que le conseil municipal a voté lundi à l’unanimité une délibération dans laquelle il demande au gouvernement d’agir pour empêcher les prières de rue.

La mosquée de Lagny avait été fermée après des perquisitions menées dans le cadre de l’état d’urgence. L’imam de cette mosquée, Mohamed Hammoumi, 34 ans, était un acharné du djihad et un antisémite virulent. D’ailleurs, une dizaine de ses fidèles et élèves ont rejoint les rangs de l’État islamique.

Les démarches des musulmans pour la réouverture de leur lieu de culte sont restées vaines. La dernière a été rejetée le 30 septembre par le tribunal administratif.

Publié le jeudi 13 octobre 2016 à 9:40, modifications jeudi 13 octobre 2016 à 8:27

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !