Actualité

L’AFP, Europe 1, CNN et France 2 primés à Bayeux

Le Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre a été décerné samedi, en photo à Mahmoud Hams (AFP), en presse écrite à Kenneth R. Rosen (The Atavist Magazine), en radio à Gwendoline Debono (Europe 1) et en télévision à des reporters de France 2 et CNN.

Déjà récompensé en 2007 à Bayeux (prix photo et prix du public), Mahmoud Hams, 38 ans, se voit à nouveau attribuer le prix en photo pour “Clashes on Gaza’s border”, réalisé dans une zone “d’accès très difficile et très dangereuse”, qui fait partie de ces “lieux à couvrir sans endroits pour se protéger”, a souligné Thomas Coex, chef de la couverture photo d’Israël et des territoires palestiniens de l’AFP.

Au moins 205 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens depuis le 30 mars, la plupart lors de protestations le long de la frontière, selon des sources palestiniennes.

En presse écrite, le Prix revient à un reportage en Irak sur ce que deviennent les corps des djihadistes, intitulé “Mercenaires du diable”, réalisé par l’Américain Kenneth R. Rosen, 28 ans, pour The Atavist Magazine, un mensuel en ligne américain.

La journaliste française Gwendoline Debono reçoit le Trophée radio pour

(credit photo AFP) La journaliste française Gwendoline Debono reçoit le Trophée radio pour “Ni prisonnières, ni refugiées: femmes djihadistes en Syrie” pour Europe 1 lors du Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre, le 13 octobre 2018

En radio, le prix est attribué à “Ni prisonnières, ni réfugiées: femmes djihadistes en Syrie” de Gwendoline Debono, 30 ans, qui avait déjà reçu le Prix en 2017.

En télévision format court, le prix revient à “Une vente aux enchères d’esclaves en Libye” réalisé par Nima Elbagir, Alex Platt, Raja Razek pour CNN. Ce reportage choc a mis au jour, preuves à l’appui, ce trafic dont sont victimes des migrants, suscitant une indignation internationale. Il “illustre une convergence avec le journalisme sans lequel le travail des ONG n’aurait pas de sens”, a souligné Cécile Coudriou, présidente d’Amnesty International France samedi soir à Bayeux.

En télévision grand format, Nicolas Bertrand et Thomas Donzel de France 2 sont récompensés pour “Rohingyas: les damnés de la Birmanie”. Ce reportage déconseillé au moins de 12 ans, diffusé par Envoyé spécial, montre l’exode de familles musulmanes meurtries face à ce “qui ressemble à un nettoyage ethnique”, selon les journalistes.

Le prix Jeune Reporter (photo) revient au journaliste indépendant bangladais, Mushfiqui Alam, pour “The Great Exodus”, un reportage en noir et blanc réalisé au Bangladesh.

Darren Conway de la BBC remporte le prix de l’image vidéo (télévision et télévision grand format) pour “La guerre des drogues au Mexique”. Le journaliste était samedi à Bangkok après avoir été blessé en Irak. Ce reportage traite “de la mort avec une assez grande pudeur”, selon Loïck Berrou de France 24.

Le Prix du public est attribué à la photographe Paula Bronstein pour “The Rohingya crises: a harrowing journey”, un reportage au Bangladesh publié par Getty images reportage.

Le journaliste du Monde, Jean-Philippe Rémy reçoit le

(credit photo AFP) Le journaliste du Monde, Jean-Philippe Rémy reçoit le “Prix Ouest-France – Jean Marin” pour “Le Yémen en Guerre” lors du Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre, le 13 octobre 2018

Le Prix Ouest-France Jean-Marin est décerné à Jean-Philippe Rémy du Monde pour “Le Yémen en guerre”.

Enfin, le Prix des lycéens et apprentis revient à Stéphanie Perez, Nicolas Auer et Laëtitia Niro de France 2 pour un reportage en Irak “Les lionceaux du califat: des bombes à retardement?”.

“Cette sélection est un appel aux armes” journalistiques, à un moment “très sensible” pour la profession “en danger”, y compris en Occident, a souligné Christiane Amanpour, journaliste vedette de CNN et présidente du jury, lors d’une conférence de presse.

“Mon mantra en ces temps de fake news est la vérité et non la neutralité”, a souligné lors de la cérémonie de remise des prix celle qui interpella en direct de Sarajevo le président Bill Clinton en 1994. 55 reportages avaient été présélectionnés pour cette 25e édition du Prix Bayeux.

Michèle Léridon directrice de l'information de l'AFP  lors du Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre, le 13 octobre 2018

(credit photo AFP) Michèle Léridon directrice de l’information de l’AFP lors du Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre, le 13 octobre 2018

La soirée a également été marquée par un hommage à Shah Marai, 41 ans, photographe de l’AFP à Kaboul tué avec neuf autres journalistes lors d’un double attentat à la bombe le 30 avril. “Il a suivi toutes les horreurs de son pays mais il recherchait la beauté. L’étincelle qu’il avait dans les yeux, il la recherchait dans les yeux des autres”, a expliqué Michèle Léridon directrice de l’information de l’AFP.

Publié le samedi 13 octobre 2018 à 22:40, modifications samedi 13 octobre 2018 à 22:40

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !