Actualité

La France va accueillir environ 80 réfugiés de l’Aquarius et 52 du Lifeline

La France accueillera dans les plus brefs délais, une partie des réfugiés d l’Aquarius mais aussi du Lifeline. Un dénouement positif répondant à de vives tensions au sein de l’Europe.

L’accueil des deux navires avait divisé l’Europe et fait monter les tensions franco-italiennes. Aujourd’hui, la France annonce qu’elle accueillera prochainement “environ 80” réfugiés du navire “l’Aquarius” et 52 du “Lifeline”.

“Une dimension Européenne”

Fortement critiquée pour ne pas avoir accueilli les navires, au nom de la règle de droit maritime voulant que ces derniers accostent dans le port le plus proche, la France accueillera cependant quelques personnes pouvant prétendre au statut de réfugié. En ce qui concerne l’Aquarius, navire comptant 630 réfugiés à son bord et ayant accosté le 17 juin 2018 en Espagne, la France compte accueillir environ 80 personnes. A Malte, où les migrants du Lifeline ont été entendu ce week-end, ce sera 52 personnes qui bénéficieront de la protection française.

A leur arrivée en Espagne, “quasiment la moitié des migrants” avaient évoqué “leur volonté de demander l’asile en France” avance Pascal Brice, directeur général de l’Office Français de la Protection des Réfugiés Apatrides. Sur les 286 personnes, 135 ont manifesté leur volonté de rester sous la responsabilité des autorités espagnoles. De plus, Pascal Brice précise que la France ne peut accueillir de réfugiés mineurs, l’Etat n’étant pas jugé compétent pour ce type d’accueil.

Des opérations similaires ont été également entreprises par des envoyés irlandais, belges, néerlandais et portugais sur place. Pascal Brice note la “dimension européenne” de l’action qui pour lui fait lieu de référence et “illustre” le bon comportement à adopter.

Face à la tentation de l’externalisation, nous faisons la démonstration que nous pouvons instruire la demande dans de bonnes conditions

Les réfugiés concernés seront des Erythréens et des Soudanais répondant aux critères du droit d’asile, a t-il ajouté.  Ils arriveront « rapidement » en France, où un titre de réfugié leur sera délivré.

La fin d’une escalade de tensions?

Cette décision intervient quelques jours après qu’Emmanuel Macron ait certifié que le pays n’ouvrirai pas de centre d’accueil pour les réfugiés.

La France, qui n’est pas un pays de première arrivée, n’ouvrira pas de centre d’accueil. […] On ne peut pas accepter durablement cette situation car au nom de l’humanitaire cela veut dire qu’il n’y plus aucun contrôle

Malgré cette annonce et face à l’accueil prévu par la France, Giuseppe Conte se dit satisfait à l’issue des négociations tenues. “L’Italie n’est plus seule” a t-il annoncé. Le ministre de l’intérieur Matteo Salvini déclare que Rome a obtenu “70% de ce qu’elle voulait”. Angela Merkel, quant à elle, se montre plus prudente: “Nous aurons encore beaucoup à faire pour rapprocher les différents points de vue” déclare t-elle, reconnaissant tout de même “un bon signal.”

Publié le jeudi 5 juillet 2018 à 9:39, modifications jeudi 5 juillet 2018 à 11:29

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !