Actualité

La crise diplomatique entre l’Arabie saoudite et le Canada s’envenime

Pas de trêve dans le bras de fer entre l’Arabie saoudite et le Canada. Aujourd’hui, Riyad demande à ses étudiants établis au Canada d’aller poursuivre leur parcours universitaire ailleurs.

La crise diplomatique qui oppose l’Arabie saoudite au Canada prend désormais un encore plus fâcheux tournant. Hier, Riyad renvoyait à Ottowa l’ambassadeur canadien, tout en rappelant au Royaume le sien.

Pourtant, la colère de la dynastie Al Saoud ne s’apaise toujours pas, depuis que le Canada a critiqué l’emprisonnement de la militante Samar Badawi. Alors que le pays à la feuille d’érable campe sur ses positions, l’Arabie saoudite franchit un palier.

7000 étudiants victimes de cette crise diplomatique

En effet, le Royaume désire que tous les étudiants saoudiens inscrits au Canada trouvent d’autres pays pour les accueillir. La télévision d’État El-Ekhbariya, juge que les tensions entre les deux nations sont à l’origine de cette décision d’« interrompre les programmes de stages et de bourses au Canada ».

C’est-à-dire, un appareil estudiantin qui concerne pas moins de 7000 apprenants déjà installés. De plus, une deuxième chaîne, Al-Arabiya affirme que Riyad met fin à tout programme d’échange d’étudiants avec le gouvernement Trudeau.

Que vont devenir les étudiants victimes de cette crise diplomatique ?

Dans le ministère de l’Éducation nationale saoudien, Jassem Al-Harbach est à la tête de la section qui attribue les bourses. El-Ekhbariya l’a contacté, afin d’obtenir des précisions. Se voulant rassurant, ce directeur de département affirme que les pouvoirs compétents travaillent déjà aux transferts des étudiants.

Toutefois, il admet que ces derniers ne sont pas les seuls touchés. Effectivement, on estime à 5000 membres de famille, le nombre de proches qui subissent de fait les conséquences de ces mesures.

Les États-Unis et le Royaume-Uni auront la part du lion, étant donné les opportunités d’éducation dans ces deux pays, et nous avons commencé à coordonner avec les missions là-bas.

Explicitait-il des alternatives de poursuite d’études qu’offriront les autorités.

L’Irlande, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Japon et Singapour sont d’autres destinations envisagées.

Complétait par ailleurs M. Al-Harbach.

Ce rappel des étudiants saoudiens s’accompagne aussi d’une annulation des liaisons aériennes entre les deux pays.

Publié le mercredi 8 août 2018 à 8:31, modifications mardi 7 août 2018 à 17:32

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !