Actualité

La 43e cérémonie des César s’ouvre avec un ruban blanc, en soutien aux femmes

Ruban blanc à la poitrine, le cinéma français a affiché vendredi sa mobilisation contre les violences sexistes ou sexuelles faites aux femmes lors de la cérémonie des César.

“Ce soir je porte ce ruban blanc, comme beaucoup d’autres ici, en soutien à la lutte contre les violences faites aux femmes, et bien entendu contre les violences faites à chacun”, a déclaré la chanteuse et actrice Vanessa Paradis, présidente de cette 43e cérémonie, avant d’ouvrir officiellement la soirée.

Réunis salle Pleyel à Paris, les 1700 invités, parmi lesquels la secrétaire d’Etat à l’égalité entre les femmes et les homme Marlène Schiappa, ont été conviés à arborer ce ruban afin de soutenir “celles et ceux qui oeuvrent concrètement pour qu’aucune femme n’ait plus jamais à dire #MeToo”.

Plusieurs mois après l’onde de choc provoquée par l’affaire Weinstein, le producteur américain accusé de viol ou de harcèlement sexuel, plusieurs comédiennes françaises dont Vanessa Paradis ont lancé la campagne #MaintenantOnAgit. Sur le modèle du mouvement Time’s up à Hollywood, il doit financer des associations en faveur des femmes.

Francoise Nyssen, le 2 mars 2018, à Paris

(credit photo AFP) Francoise Nyssen, le 2 mars 2018, à Paris

C’est le signe d’un combat à mener. On progresse mais on est loin du compte. Une seule femme a eu le César du meilleur réalisateur, c’est Tonie Marshall (pour “Vénus Beauté (Institut)” en 2000). Il y a une marge de progression,

a estimé sur Canal+ la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, également présente à la salle Pleyel.

Une seule femme, Julia Ducournau (et son film d’horreur “Grave”) était en lice dans la catégorie de la meilleure réalisation, aux côtés de sept hommes.

Manu Payet lors de la cérémonie des César, le 2 mars 2018 à Paris

(credit photo AFP) Manu Payet lors de la cérémonie des César, le 2 mars 2018 à Paris

Animée par Manu Payet, la soirée des César a débuté peu après 21H00 par un hommage à l’actrice Jeanne Moreau, décédée en juillet à l’âge de 89 ans. Des extraits de films ont été projetés devant le gratin du cinéma français.

Premier ‘César du public’

L’académie des César a du choisir vendredi soir le meilleur film de l’année : 13 fois nommé, “120 battements par minute”, sur le combat de l’association Act Up contre le sida, et “Au Revoir là-haut”, adaptation du prix Goncourt 2013 sur le destin de deux hommes pendant et après la Première Guerre mondiale.

Récompensé du Grand prix à Cannes, “120 battements” a déjà récolté une première récompense : le César du meilleur espoir masculin attribué à l’acteur argentin Nahuel Perez Biscayart, également à l’affiche du Dupontel. Il a dédié son prix à Act Up.

Devant et derrière la caméra, Albert Dupontel (absent de la cérémonie) concourait lui dans la catégorie réalisateur, mais également acteur.

Côté actrice, le vrai-faux biopic de Mathieu Amalric sur la chanteuse Barbara a valu une statuette à son interprète Jeanne Balibar, face à Charlotte Gainsbourg dans “La Promesse de l’aube” ou Karin Viard dans “Jalouse”.

Souvent taxés d’élitisme et d’entre soi, ces 43e César a innové en remettant un prix au film ayant fait le plus d’entrées en salles. Une récompense qui a été en toute logique à Dany Boon, champion du box-office en 2017 avec sa comédie policière “Raid dingue”.

Un hommage a été rendu à l’actrice espagnole Penelope Cruz, une égérie de Pedro Almodovar.

Publié le samedi 3 mars 2018 à 11:11, modifications samedi 3 mars 2018 à 11:01

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !