Justice

Thomas Thévenoud : Trois mois de prison avec sursis pour sa « phobie administrative »

Quelques jours à peine après avoir été nommé secrétaire d’État par François Hollande, Thomas Thévenoud se retrouvait au centre d’un scandale. En cause : des retards de déclarations d’impôts, entre autres, qui lui valent aujourd’hui trois mois de prison avec sursis ainsi qu’un an d’inéligibilité.

La « phobie administrative ». C’est par ce terme unique en son genre que Thomas Thévenoud, alors fraîchement nommé secrétaire d’État par François Hollande, avait expliqué ses retards de déclaration de revenus entre 2009 et 2013. Pire encore : ce dernier n’avait rien déclaré pour l’année 2012. Des petits « oublis » qui viennent d’être examinés par le tribunal correctionnel de Paris.

TROIS MOIS DE PRISON ET UN AN D’INÉLIGIBILITÉ

En effet, lundi 29 mai, la justice s’est prononcée sur le sort de Thomas Thévenoud. Résultat : l’élu s’est vu condamné à trois mois de prison avec sursis. Une peine également assortie d’un an d’inéligibilité pour « fraude fiscale par omission déclarative intentionnelle ».

De son côté, son épouse a elle aussi été condamnée à trois mois de prison avec sursis. Pour rappel, cette dernière était à l’époque chef de cabinet du président du Sénat.

Ce jugement intervient quelques semaines après l’annonce de Thomas Thévenoud visant à mettre un terme à sa carrière politique. Ainsi, l’ancien chouchou de François Hollande a récemment déclaré qu’il ne se représentait pas aux prochaines législatives.

Malgré leur présence au tribunal, ni Thomas Thévenoud ni son avocat n’ont désiré s’exprimer sur la sentence. L’histoire ne dit pas si Jérôme Cahuzac, également poussé à la démission en 2013 pour fraude fiscale, était présent à l’audience…

Publié le mardi 30 mai 2017 à 8:06, modifications mardi 30 mai 2017 à 7:49

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !