Justice

Tariq Ramadan maintenu en détention malgré les craintes sur son état de santé

Tariq Ramadan sera donc bel et bien maintenu en détention. L’islamologue a été mis en examen le 02 février dernier pour viol sur deux femmes. Les magistrats ont estimé que l’état de santé du théologien suisse était compatible avec la prison.

STORY - Episode 18/29

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Les juges ont donc décidé jeudi dernier de maintenir Tariq Ramadan en détention. Ils ont estimé que le risque de récidive était trop important pour le remettre en liberté. Les juges ont considéré que l’état de santé de Tariq Ramadan était parfaitement compatible avec la prison. Tariq Ramadan souffrirait d’une sclérose en plaques.

Tariq Ramadan reste en prison

La décision de maintenir Tariq Ramadan en détention a été motivée afin d’éviter toute pression sur les victimes, toute tentative de fuite ou un renouvellement des faits. La cour d’appel de Paris a donc décidé de maintenir en détention Tariq Ramadan. L’islamologue a été mis en examen le 02 février dernier pour viol sur deux femmes. Les magistrats ont estimé que l’état de santé du théologien suisse était compatible avec la prison.

L’état de santé de Tariq Ramadan compatible avec la prison ?

Selon des informations de RTL et du Figaro, l’état de santé de Tariq Ramadan avait pourtant été jugé « incompatible avec la détention », le 13 février dernier, par un médecin de la prison de Fleury-Mérogis. Les juges ont rappelé les conclusions de l’expertise médicale, commanditée par la justice. Le diagnostic « ne saurait être retenu comme certain. Tout au plus peut-il être qualifié de possible ». Selon l’expert mandaté, « la détention ne peut avoir, et n’a pas eu à ce jour, d’effet aggravant avéré » sur la santé du détenu. « Rien ne justifie, sur un plan strictement médical, la nécessité de déplacement en transport sanitaire ».

Les principaux arguments pour le maintien en détention de Tariq Ramadan

Tariq Ramadan a été placé en détention dans le cadre de l’enquête suite aux plaintes pour viol de deux femmes. Les magistrats motivent le maintien en détention de Tariq Ramadan par l’article 144 du code de procédure pénale. La Justice souhaite « empêcher une pression sur les témoins ou les victimes » et prévenir un risque « particulièrement élevé [de] fuite hors du territoire national ». Les juges estiment que les garanties offertes par Tariq Ramadan, un logement prêté par une association à Saint-Denis (en Seine-Saint-Denis), sont insuffisantes. Son incarcération avait fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux suite à la une de l’hebdomadaire Charlie Hebdo.

Les magistrats estiment qu’étant mis en examen pour viol sur deux femmes, et étant donné que trois autres ont décrit « un comportement sexuel particulièrement brutal, il est à craindre que celui-ci renouvelle les faits de viol s’il était remis en liberté, fut-ce sous contrôle judiciaire ou assignation à résidence sous surveillance électronique ».

Une enquête toujours en cours malgré une série de plaintes déposées

Tariq Ramadan reste présumé innocent. L’enquête devra faire toute la lumière sur les principales accusations et notamment sur la journée du 09 octobre 2009. L’une des deux supposées victimes affirme avoir été violée à cette date précise. La défense a, en revanche, fourni à la justice un billet d’avion entre Londres et Lyon qui prouverait que Tariq Ramadan n’est arrivé qu’à 18h35 à l’aéroport. L’islamologue n’arrivant à la conférence que vers 21 heures, il reste donc à établir ce qu’il s’est produit pendant cette période.

Depuis la mi-février, une campagne pour la libération de Tariq Ramadan est menée sur Internet et sur les réseaux sociaux. La régularité de la procédure judiciaire est mise en cause ainsi que la parole des plaignantes.

Publié le mercredi 28 février 2018 à 17:44, modifications mercredi 28 février 2018 à 17:41

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !