Justice

Saint-Maur : Un détenu condamné pour meurtre possédait la clef de sécurité de la prison

Saint-Maur : Un détenu condamné pour meurtre possédait la clef de sécurité de la prison

Lors d’une fouille occasionnelle effectuée le 11 juillet dernier dans la prison de Saint-Maur située près de Châteauroux, l’équipe pénitentiaire a eu la mauvaise surprise de découvrir une clef de l’établissement conservée par un détenu.

L’affaire a été relayée par Le Point. Selon les informations de l’hebdomadaire, le prisonnier en question purge une peine de vingt-trois ans de réclusion criminelle pour meurtre à la maison centrale de Saint-Maur, dans l’Indre. Le détenu aurait été surpris en possession d’une « clef de sécurité », également appelée « clef d’aumônier », qui permet d’ouvrir toutes les portes de la prison en cas de danger, excepté le quartier d’isolement.

Des explications peu convaincantes

D’après les explications fournies par l’occupant de la cellule, il aurait trouvé cette clef par hasard au détour d’une promenade dans la cour de la prison et décidé de la conserver avant de l’oublier. Malgré le fait qu’il n’ait jamais « posé problème » et qu’il soit « toujours correct » avec le personnel de la prison, sa version n’aurait pas convaincu les surveillants qui ont décidé de le placer au quartier d’isolement.

(Il) est passé en commission de discipline six jours plus tard et a été sanctionné par vingt jours de quartier disciplinaire.

Indique la direction de l’administration pénitentiaire (AP), spécifiant que l’ensemble des serrures de la maison centrale de Saint-Maur (plus de 500) allaient être changées dès le 20 juillet.

Une mise à jour nécessaire

L’établissement qui a ouvert ses portes en 1975 est réservé aux lourdes peines et possède encore ce type de clefs, antérieur au nouveau protocole de sécurité en vigueur :

Quelques exemplaires de ce type de clé sont encore mis à disposition dans les anciens établissements pénitentiaires. Dans les prisons les plus récentes, elles ont été supprimées compte tenu de la mise en place d’un nouveau protocole de sécurité.

A confié la direction de l’AP.

Mais la direction ne compte pas en rester là, et souhaite établir les véritables circonstances du vol de cette clef. La procureure de la République de Châteauroux, Stéphanie Aouine a annoncé à l’AFP qu’une enquête préliminaire “du chef de recel de remise irrégulière d’objets” a été ouverte.

Par ailleurs, les fouilles ont permis de découvrir un « pic artisanal en bois » dans la cellule du même détenu, et la relation intime qu’entretenait un autre incarcéré avec une fonctionnaire au sein de la même prison.

Publié le jeudi 26 juillet 2018 à 12:55, modifications jeudi 26 juillet 2018 à 12:57

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !