Justice

Rejet de la première demande de libération de Tariq Ramadan

La justice a refusé la première demande en liberté de Tariq Ramadan.

STORY - Episode 27/29

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédent

Une “théorie du complot”

Tariq Ramadan ne voit pas encore le fin du tunnel. Accusé de viols par trois femmes, incarcéré depuis plusieurs mois, il avait fait une demande de remise en liberté. Celle-ci faisait suite à une première requête pour raisons médicales liée à sa sclérose en plaques. Mais, les médecins avaient considéré qu’il pouvait être traité en prison. Cette demande de remise en liberté a été refusée vendredi. Un rejet confirmé lundi par nos confrères de l’AFP.

Nous avons été notifiés aujourd’hui et j’ai immédiatement interjeté appel. Le parquet, le magistrat instructeur et le JLD refusent de prendre en compte les éléments à décharge

insiste Emmanuel Marsigny, l’avocat de Tariq Ramadan. Il pointe une décision “invraisemblable” et “les mensonges des accusatrices”. Selon lui le dossier serait rempli d’incohérences des différentes accusatrices. Il compte d’ailleurs prendre des mesures contre les autorités en charge du dossier.

 Cette décision traduit le manque d’objectivité et d’impartialité de l’ensemble de la chaîne pénale – policiers et magistrats – impliquée dans cette affaire. Je m’apprête d’ailleurs à demander le dessaisissement du service enquêteur.

Dans l’autre camp, on approuve la décision et surtout, on dénonce une théorie du complot de la part de Tariq Ramadan et de ses défenseurs. C’est ce que pointe Me Eric Morain, avocat de la seconde plaignante.

On nous dit avec force gesticulations que nos clientes se contredisent et mentent, alors pourquoi les juges jugent-ils ainsi ? Sont-ils aussi manipulés ? Cette défense façon théorie du complot n’est pas digne face à la vérité du dossier.

L’appel devrait maintenant être traité dans les prochaines semaines. Une étape supplémentaire dans un processus lancé en octobre par la plainte de deux femmes pour viol et viol sur personne vulnérable. Depuis, deux autres s’y sont jointes, une en France et l’autre à Genève.

Publié le mardi 8 mai 2018 à 8:54, modifications mardi 8 mai 2018 à 8:26

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédent

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !