Justice

Le propriétaire du « Jardin préféré des Français » soupçonné d’avoir commandité son propre cambriolage

Le 5 octobre dernier, le propriétaire du Jardin Saint-Adrien, situé à Servian (Hérault), tuait l’un de ses cambrioleurs et évoquait la “légitime défense”. Mais, nouveau rebondissement dans l’enquête : il a été mis en examen pour complicité de tentative de vol avec violence. En bref, la justice le soupçonne d’avoir commandité son propre cambriolage.

Le propriétaire du jardin Saint-Adrien, dans l’Hérault, aurait-il pu commanditer le cambriolage de son domicile durant lequel il a tué l’un des deux braqueurs, le 5 octobre dernier ? En tout cas, l’homme de 68 ans a été mis en examen pour complicité de tentative de vol avec violence et a été écroué vendredi 20 octobre.

Il tue son voleur en évoquant la “légitime défense”

Daniel Malgouyres avait pourtant été déjà confronté aux forces de l’ordre lors d’une garde à vue au lendemain du meurtre de son cambrioleur. Il expliquait alors que deux hommes armés s’étaient introduits chez lui, le frappant lui et sa femme. Évoquant la « légitime défense », il avait fait feu sur l’un deux, le blessant mortellement. Daniel Malgouyres avait été laissé libre sous contrôle judiciaire tandis que le second cambrioleur était toujours recherché par la police.

Ce dernier, âgé de 53 ans, a finalement été arrêté le 17 octobre dernier à Perpignan. Entendu par les enquêteurs, il a fait des révélations troublantes.  Elles laisseraient penser qu’il y a un potentiel « lien » entre au moins l’un des malfaiteurs et Daniel Malgouyres, le propriétaire du jardin “préféré des Français”.

Les investigations nous ont amenés à remettre en cause le déroulement précis des faits tels qu’ils ont été rapportés par les époux Malgouyres et qui sont contradictoires.

A expliqué le procureur de Béziers, Yvon Calvet, ce vendredi 20 octobre lors d’une conférence de presse.

Daniel Malgouyres nie toute complicité et dit ne pas connaître les voleurs

En effet, lors de son audition, le voleur présumé a accusé Daniel Malgouyres d’être le commanditaire du braquage, en reprenant les dires de son coéquipier tué, rapporte Le Parisien.

D’après le procureur, l’Héraultais de 68 ans aurait bien pu cacher des liens avec le, voire les cambrioleurs. Il aurait donc pu jouer « un rôle » dans son propre cambriolage. C’est en tout cas des « indices graves et concordants » qui le laisseraient penser.

Finalement, Daniel Malgouyres, a été placé en détention provisoire. Il nie cependant toujours les faits qui lui sont reprochés. Les enquêteurs devront déceler le vrai du faux.

Publié le lundi 23 octobre 2017 à 14:01, modifications lundi 23 octobre 2017 à 13:30

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !