Justice

Projet terroriste déjoué : huit suspects de la mouvance de l’ultra-droite mis en examen

L’enquête progresse dans le cadre du récent projet d’attentat terroriste déjoué à temps par les autorités. Parmi les cibles majeures, des hommes politiques étaient notamment visés. Les principaux suspects n’appartiennent pas du tout à la sphère djihadiste. L’idéologie et la mouvance des différents prévenus se rapprochent en réalité des idées de l’extrême droite et de l’ultra-droite.

Selon des informations de France Info, l’enquête progresse dans le cadre de l’impressionnant coup de filet dans les milieux de l’ultra-droite française. Les principaux suspects auraient voulu s’en prendre à « des lieux de culte », des mosquées notamment, ainsi qu’à des « personnes d’origine nord-africaine ou [des] personnes noires, des militants anti-fascistes et des hommes politiques », d’après des sources proches du dossier.

Les différents membres d’une cellule de l’ultra-droite mis en examen

Le groupe en question projetait des « actions violentes », mais « aux contours imprécis ». Huit suspects, dont trois mineurs, ont été mis en examen ce samedi dans l’enquête sur cette cellule ouvertement d’extrême droite. Les personnes suspectées auront donc passé quatre jours en garde à vue. Ils ont ensuite été présentés à un juge d’instruction. Selon le parquet de Paris, ils ont été mis en examen pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle ». Six d’entre eux ont donc depuis été écroués. Un septième prévenu a été incarcéré provisoirement. Sa situation sera étudiée très prochainement. L’ultime suspect, un mineur de 17 ans, a été placé sous contrôle judiciaire.

La genèse de l’enquête sur l’attentat déjoué dans la mouvance de l’ultra-droite

Les services antiterroristes avaient mené de nombreuses arrestations à travers toute la France, le mardi 17 octobre. Ces interventions musclées faisaient suite à l’interpellation quatre mois plus tôt, en juin dernier, de Logan N., un ancien militant de l’Action française Provence, une organisation royaliste. Ce jeune suspect de 21 ans avait été arrêté à Vitrolles dans les Bouches-du-Rhône. Il a été mis en examen en juillet dernier. L’enquête a été confiée à un juge antiterroriste en lien avec la Sous-direction antiterroriste (SDAT) et la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Les individus qui viennent d’être mis en examen sont soupçonnés en réalité d’appartenir à l’organisation fondée par Logan N.

L’appellation de leur groupe n’a pas été choisie au hasard. Avec les lettres OAS, Logan N. a ainsi repris le nom de l’Organisation de l’armée secrète. L’OAS est restée tristement célèbre pour son rôle et ses actions lors de la guerre d’Algérie dans les années 1960. Cette organisation clandestine défendait la présence française en Algérie. Le terrorisme et la torture ont été employés à l’époque par l’OAS.

Le mode opératoire de Logan N. et de ses complices

Le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner et Jean-Luc Mélenchon, ex-candidat à la présidentielle de la France Insoumise, faisaient partie des personnalités politiques potentiellement ciblées par Logan N. et ses complices selon des précisions de France Info. L’enquête a démontré que « l’organisation prévoyait des achats d’armes et d’effectuer des entraînements paramilitaires. Certains d’entre eux s’étaient déjà entraînés aux tirs » selon une source proche du dossier. Le groupe projetait également « de racketter des chefs d’entreprises afin de financer l’organisation et notamment des achats d’armes ». Dans cette logique, Logan N. est suspecté d’être impliqué dans le vol d’un véhicule le 21 juin. Pour ces faits, deux des huit suspects sont également poursuivis pour « vol en relation avec une entreprise terroriste ».

L’enquête devra déterminer si Logan N. et les autres suspects du dossier avaient réellement l’intention de passer à l’acte. Ces militants de l’ultra-droite pourraient avoir été dépassés par leur engagement identitaire, militant et extrémiste.

Publié le mardi 24 octobre 2017 à 18:15, modifications mardi 24 octobre 2017 à 18:15

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

2 Commentaires