Justice

Le procès des fournisseurs de steaks hachés contaminés a commencé

Une attente interminable pour les victimes...

L’affaire des steaks hachés contaminés qui date de 2011 va enfin être jugée… Les victimes attendent le verdict avec impatience et espèrent une lourde sanction pour l’entreprise qui a fait preuve de négligence.

L’affaire remonte à 2011. Des steaks hachés produits par l’entreprise SEB et vendus dans les magasins Lidl sous la marque Steak Country, ont été contaminés. Il s’agit de la bactérie E.Coli, qui est à l’origine de très graves intoxications alimentaires. Dix-huit personnes ont été touchées par cette bactérie, dont un petit garçon qui est aujourd’hui handicapé à plus de 80%. Tout ça à cause d’un steak

Le procès du fournisseur SEB a débuté ce mardi, au tribunal correctionnel de Douai dans le Nord de la France. Les victimes et notamment les parents du petit garçon espèrent une très lourde condamnation d’autant plus qu’il semble y avoir une grosse négligence de la part des professionnels… Retour sur cette affaire absolument dramatique…

Que s’est-il passé ?

En 2011, dans le Nord-Pas-de-Calais, on découvre plusieurs cas d’intoxications alimentaires à la bactérie E.Coli. On sait que cette bactérie est particulièrement dangereuse. Et l’ARS, Agence Régionale de Santé, s’inquiète. Elle décide de mener une enquête approfondie, et découvre une drôle de coïncidence. En effet, dix-huit des victimes concernées par cette intoxication ont consommé des steaks haches produits par l’entreprise SEB. Ces derniers étaient vendus chez Lidl sous la marque Country Steak

L’entreprise SEB a donc été pointée du doigt, et plusieurs plaintes ont été déposées. L’entreprise a été liquidée en 2011, et c’est hier que le fournisseur de steaks hachés a été traduit face au tribunal correctionnel de Douai. Les accusations sont très graves, car on parle ici carrément de négligence… Il semblerait que l’entreprise ait délibérément négligé ses obligations de prudence et de sécurité au moment du contrôle sanitaire des steaks hachés… Ce qui aurait conduit à la vente d’une viande contaminée.

Les consommateurs l’ignoraient bien évidemment, et ont mangé le steak haché sans se méfier. Ils ont donc été intoxiqués par la bactérie E.Coli, et les conséquences peuvent être absolument terribles. La preuve avec Nolan, un petit garçon qui n’avait que deux ans et demi au moment des faits, et qui est aujourd’hui handicapé à cause de cette viande.

Un drame qui aurait pu être évité

Il faut savoir qu’au moment des faits, l’entreprise SEB vendait environ 60% de ses produits à Lidl. La bactérie qui a proliféré dans les steaks hachés a été à l’origine de nombreuses intoxications alimentaire. Cette dernière n’est pas toujours bien supporté par l’organisme, et les séquelles peuvent être irréversibles.

C’est ce qui est arrivé au petit Nolan, aujourd’hui âgé de 8 ans. Il avait 2 ans et demi lorsque le drame est arrivé. Sa maman ? Priscilla, lui a tout simplement préparé un steak haché pour son déjeuner, étant bien loin d’imaginer le calvaire qui allait débuter… En effet, aujourd’hui, son enfant est lourdement handicapé, à plus de 80%. Il ne parle pas, ne marche pas… tout cela à cause d’un steak haché. C’est quand même incroyable. Et surtout tellement triste pour ce petit bonhomme qui n’a rien demandé à personne.

Sa terrible histoire ô combien émouvante, mérite d’être mise sur le devant de a scène. Il faut en parler et dénoncer ouvertement les professionnels qui ont fait preuve de négligence à bien des égards.

Un enfant à la vie brisée

Nolan n’a jamais eu de souci de santé. Sa maman en parle comme d’un petit garçon joyeux et pétillant, avec une immense joie de vivre. Mais c’est de l’histoire ancienne, car aujourd’hui, c’est un petit garçon éteint qui vit avec ses parents. Il est incapable de s’exprimer autrement que par des sourires ou des gémissements. Il ne peut pas se déplacer, et est condamné à avaler 9 médicaments le matin, 11 le soir… et à vivre avec une sonde gastrique Un véritable calvaire pour lui et pour ses parents. Sa maman, Priscilla, se souvient des moindres détails de cette terrible journée.

Au début du mois de juin 2011, cette maman donne un steak haché à son fils. Quelques jours plus tard, Nolan ne se sent pas bien. Elle le conduit à l’hôpital, inquiète. Mais aux urgences, les médecins affirment que c’est un simple problème de constipation. Ce qu’elle trouve particulièrement étonnant car en réalité, son fils à la diarrhée.

Son état se dégrade dans la nuit, l’enfant se tord de douleur. Il est hospitalisé à Amiens, fait un arrêt cardiaque, puis est évacué en hélicoptère à Lille. Les analyses pratiquées sur le petit garçon montre qu’il est victime d’une souche particulièrement virulente de la bactérie E.Coli.

Nolan est dans le coma, et c’est trop tard. Les toxines ont mutilé ses organes, son cerveau… Certains médecins pensent que l’enfant va mourir. Mais le petit garçon est finalement transféré à Necker, à Paris, et il survit miraculeusement. Mais son état est grave, et il ne sera plus jamais le même. Les dégâts causés par la bactérie sont irréversibles.

Une famille qui vit dans la douleur

Aujourd’hui, Priscilla et Mickaël, le papa du petit garçon, s’occupent à plein temps de Nolan. La maman de l’enfant était caissière mais a été licenciée. Et le père, maçon, est au chômage. Ils expliquent ne pas dormir plus de deux heures d’affilées, Nolan étant très agité la nuit à cause de son handicap.

C’est très difficile, et encore aujourd’hui, la maman ne comprend pas comme tout cela a pu arriver. Elle a ainsi expliqué :

Quand je le vois, je me dis que c’est pas possible, sanglote sa mère. Une maladie rare, un accident de voiture, j’aurais pu comprendre, mais pas ça, pas un simple steak. J’en veux à ces gens d’avoir sciemment laissé passer cette viande contaminée.

Que faut-il faire avec un steak haché ?

Pour que l’histoire de Nolan ne serve pas à rien, et qu’elle puisse sauver des vies, il faut impérativement savoir comment se comporte cette bactérie E.Coli. Car ça peut arriver à tout le monde ! Et c’est lourd de conséquences…

Les steaks hachés sont composés généralement d’un mélange de viandes de découpe et de viandes de carcasse. Pour éviter la prolifération de la bactérie E.Coli, il faut faire très attention à ne jamais rompre la chaîne du froid des aliments. Il faut également savoir que la cuisson de la viande à 65 degrés est suffisante pour tuer la bactérie E.Coli. Il faut donc toujours consommer la viande bien cuite pour éviter tout problème.

Le procès de l’entreprise SEB s’est donc ouvert le mardi 6 juin, et les victimes attendent énormément de la justice. A suivre…

Publié le jeudi 8 juin 2017 à 12:03, modifications jeudi 8 juin 2017 à 10:16

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !