Justice

La police danoise a retrouvé la tête de la journaliste Kim Wall et des restes humains

Selon des informations du Daily Mail, les enquêteurs sont parvenus à retrouver des éléments clés pour l’enquête sur la mort de la journaliste Kim Wall. Des plongeurs sont parvenus à résoudre la plus grande énigme de cette affaire judiciaire hors norme. La tête, les bras et les jambes avaient en effet été sectionnés du corps afin de pouvoir lester le tronc de Kim Wall.

STORY - Episode 8/19

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

L’enquête ahurissante et révoltante sur le meurtre atroce de la jeune journaliste suédoise Kim Wall, vient de connaître un nouveau rebondissement spectaculaire et inespéré. Selon des informations du Daily Mail, des plongeurs seraient parvenus à retrouver la tête, les jambes et des vêtements de Kim Wall. Ces éléments déterminants pour l’enquête ont été découverts dans des sacs non loin de l’emplacement où avait été retrouvé le torse de la journaliste le 21 août dernier. La jeune journaliste était âgée de 30 ans.

Un véritable séisme dans l’enquête

L’inspecteur de la police de Copenhague, Jens Møller Jensen, s’est exprimé au sujet de ces récentes découvertes. Elles ont été faites dans la journée de vendredi.

Dans le même sac, il y avait un couteau et des tuyaux en plomb pour lester le sac. [..] Une tête […] se trouvait également dans un sac, lequel était également lesté de multiples pièces de métal. […] La nuit dernière, notre dentiste légiste a confirmé qu’il s’agissait de Kim Wall.

Jens Moeller Jensen a donc indiqué que la tête et les jambes ont été découvertes dans un sac, alors que les vêtements de la jeune femme étaient rassemblés dans un second sac. L’inspecteur de la police de Copenhague a précisé que le crâne de la journaliste ne présentait pas de fractures. Il n’a fait aucun commentaire au sujet de la découverte du couteau.

Peter Madsen : plus que jamais suspect numéro un ?

L’étau se resserre de plus en plus autour du principal suspect, Peter Madsen. Il est actuellement placé en détention provisoire dans l’attente de son procès. Kim Wall avait embarqué à bord de son sous-marin, le Nautilus UC3, dans le cadre de la préparation d’un reportage. Kim Wall était une journaliste aguerrie. Elle avait notamment travaillé en collaboration avec The Guardian ou le New York Times.

Son compagnon avait donné l’alerte le lendemain de son départ. Le propriétaire du submersible, Peter Madsen, était secouru, quelques heures plus tard, par les autorités danoises non loin des côtes du Danemark et de la Suède. Le tronc décapité et démembré de la jeune femme avait été découvert le 21 août en baie de Køge.

Pour les enquêteurs, Peter Madsen aurait intentionnellement sabordé son embarcation. Lors de ses premières auditions, l’inventeur avait affirmé avoir débarqué la journaliste, en vie, sur la pointe de l’île de Refshaleøen, à Copenhague, dans la soirée du 10 août.

La version des faits de Peter Madsen

Peter Madsen conteste en effet la thèse du meurtre prémédité. Il continue de clamer son innocence. L’inventeur du sous-marin a changé plusieurs fois de versions. Il a finalement indiqué que la journaliste Kim Wall serait morte après un terrible accident à bord. Une partie métallique très lourde du submersible aurait heurté violemment sa tête, provoquant ainsi dans un deuxième temps une lourde chute de la jeune femme à l’intérieur du sous-marin. Il aurait alors décidé, à la manière des marins, de « l’enterrer » en mer et de rendre son corps à l’océan. Cette version n’explique pas en revanche les sévices et les mutilations.

Les récentes découvertes consternantes et accablantes pour Peter Madsen

Des vidéos de décapitations de femmes et de tortures ont été retrouvées sur le disque dur d’un ordinateur qui appartiendrait à Peter Madsen. Il a encore réfuté ces accusations et a expliqué que des personnes extérieures avaient accès à son atelier.

Le faisceau d’indices est pourtant accablant pour la piste d’un homicide et d’actes de violence inouïs. Le corps de la journaliste présentait quinze coups de couteau selon une source proche de l’enquête. Selon des informations de BFM TV, des mutilations auraient même été infligées aux parties génitales de la victime. Malgré ces nombreux éléments, les causes exactes de la mort n’ont pas pu encore être clairement établies. Une autopsie avait pourtant été pratiquée. Les bras de Kim Wall n’ont pas encore été retrouvés par les enquêteurs.

Les découvertes de vendredi (la tête et les jambes de la jeune femme) pourraient permettre aux enquêteurs et à la police scientifique de progresser rapidement dans la recherche de la vérité. L’accusation soutient que Peter Madsen a tué Kim Wall afin de satisfaire un fantasme sexuel, puis démembré et mutilé son corps.

Publié le samedi 7 octobre 2017 à 15:18, modifications jeudi 12 octobre 2017 à 17:40

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !