Justice

Peter Madsen : La journaliste Kim Wall aurait été violée avant d’être tuée

Le scénario macabre du calvaire enduré par la journaliste suédoise Kim Wall à bord du sous-marin Nautilus se précise. L’inventeur danois Peter Madsen, le principal suspect dans cette affaire, sera jugé en mars prochain.

STORY - Episode 13/19

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Les autorités danoises viennent de révéler en ce mardi 23 janvier des éléments bouleversants dans le cadre de l’enquête sur la mort de la journaliste Kim Wall à bord du sous-marin Nautilus. L’inventeur Peter Madsen aurait attaché et violé la jeune femme. Il aurait ensuite assassiné Kim Wall de sang-froid. L’enquête a également démontré que Peter Madsen s’était débarrassé du corps de la journaliste en le jetant par-dessus bord. Il aurait notamment lesté les membres et le tronc de la jeune femme.

Un passage à l’acte prémédité ?

Selon les procureurs, Peter Madsen aurait bien prémédité son geste en embarquant à bord du submersible des objets qui ont été découverts dans le cadre des investigations. Une scie, des tournevis et des liens auraient été utilisés par Peter Madsen dans le cadre de son passage à l’acte d’une barbarie sans nom. Il aurait attaché, frappé, entaillé et découpé le corps de la jeune femme. Les causes exactes du décès de Kim Wall n’ont toujours pas pu être établies. Le ministère public évoque l’hypothèse que la jeune femme soit morte par strangulation ou après que ses veines aient été tranchées.

Kim Wall : une nouvelle victime des violences sexuelles faites aux femmes

L’autopsie du corps n’a pas permis de déterminer l’origine précise de la mort de la jeune femme mais a révélé la présence de quinze coups de couteau, dont quatorze dans le bas-ventre et les parties génitales. Des films fétichistes violents et des « snuff movies » ont été retrouvés sur un disque dur dans l’atelier de Peter Madsen. Dans ces vidéos abominables, des femmes sont torturées, décapitées ou brûlées. Dans le sous-marin, les enquêteurs ont également découvert des indices édifiants comme des traces de sang, la culotte de la journaliste, et des cheveux de la victime.

La disparition inquiétante de Kim Wall

Le 10 août 2017 au soir, Kim Wall embarquait à bord du sous-marin UC3 Nautilus avec Peter Madsen, près de Copenhague. Elle désirait faire le portrait de cet ingénieur autodidacte. Dans la nuit, le compagnon de la jeune femme s’inquiète de ne pas recevoir de ses nouvelles. Il alerte la police. Le lendemain, l’inventeur danois est secouru dans la baie de Køge, entre le Danemark et la Suède, alors que son submersible est en train de couler. La journaliste s’est volatilisée. Peter Madsen a indiqué l’avoir déposée à terre quelques heures avant son incident en mer. Peter Madsen est pourtant rapidement suspecté par les enquêteurs. Après la découverte du tronc et de restes humains, il avoue finalement avoir démembré et jeté le corps de Kim Wall à la mer.

Les revirements de l’inventeur danois

Le principal suspect dans l’enquête sur la mort de la journaliste suédoise a changé de version à de multiples reprises. Après avoir indiqué avoir déposé la journaliste vivante, il a finalement reconnu sa mort accidentelle à bord. Peter Madsen continue pourtant de clamer son innocence malgré tous ces éléments accablants et révoltants. Il reconnait avoir démembré la jeune femme et avoir rendu son corps à la mer. Il nie en revanche l’avoir tuée intentionnellement ou l’avoir violée. Peter Madsen a expliqué que la journaliste serait morte après un choc très violent à la tête, à bord du sous-marin. Une partie métallique du submersible aurait heurté son crâne. Les enquêteurs ont démontré que cette version était peu crédible. Le crâne de Kim Wall ne présentait aucune signe de fracture lors de l’autopsie.

Un procès très médiatisé prévu en mars 2018

Peter Madsen a été inculpé le 16 janvier dernier pour le meurtre de Kim Wall et pour agression sexuelle. L’inventeur du sous-marin sera jugé en mars prochain. Il encourt la perpétuité. Peter Madsen sera donc face à la justice à partir du 8 mars 2018 pour meurtre, atteinte à l’intégrité d’un cadavre et agression sexuelle, selon des précisions du parquet à Copenhague. La personnalité de l’inventeur danois sera au cœur des débats. L’accusation estime en effet qu’il aurait tué sa victime afin de satisfaire un fantasme sexuel.

L’ordonnance de mise en accusation de Peter Madsen doit être publiée à la fin du mois. Le procureur, Jakob Buch-Jepsen, a d’ores et déjà demandé aux médias de faire preuve de discernement dans la publication des éléments d’enquête les plus sensibles dans « cette affaire hors du commun et d’une rare violence, aux conséquences tragiques pour Kim Wall et ses proches ».

 

Peter Madsen était obnubilé par un projet fou avant cette nuit d’horreur à bord du Nautilus. Il avait dû renoncer à une mission scientifique qui lui tenait particulièrement à cœur : propulser une fusée dans l’espace. Ses rêves de gloire et de postérité sont désormais ternis à jamais par le drame atroce de cette soirée d’août 2017 à bord du sous-marin Nautilus.

Publié le mardi 23 janvier 2018 à 19:32, modifications mardi 23 janvier 2018 à 18:38

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !

En direct