Justice

Meurtre de Kim Wall : la face cachée terrifiante de Peter Madsen révélée lors de son procès

De nouvelles révélations lors du procès de Peter Madsen dressent le portrait terrible d’un psychopathe adepte de perversions.

STORY - Episode 15/19

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Peter Madsen est au centre d’un feuilleton judiciaire particulièrement sordide au Danemark. Celui-ci est en effet accusé d’avoir tué, décapité, démembré et jeté le corps de Kim Wall, une journaliste invitée dans son sous-marin. Alors que les fantasmes morbides de l’accusé refont surface, la face cachée du savant fou est petit à petit révélée lors de son procès à Copenhague. 

Des preuves accablantes

Depuis que son procès s’est ouvert le 8 mars 2018, Peter Madsen nie avoir assassiné Kim Wall, la journaliste venue l’interviewer à l’intérieur de son sous-marin en août 2017. Il affirme en effet qu’elle serait décédée après avoir été exposée à des gaz toxiques, mais a avoué avoir démembré son corps avant de s’en débarrasser.

Mais des preuves accablantes refont surface depuis plusieurs mois, notamment avec la découverte en octobre 2017 d’un disque dur compromettant. Retrouvé dans l’atelier de l’inventeur, celui-ci contient en effet des images et vidéos insoutenables de mutilations et de meurtre de femmes trouvées sur internet. Des textes sur l’empalement de femmes ont également été retrouvés. Avec son aplomb à toute épreuve, le suspect trouve quand même le moyen de se justifier.

J’ai cherché ce genre de choses pour des raisons émotionnelles et non pour des raisons érotiques.

Rétorque Madsen.

Une autre femme, à qui Peter Madsen a envoyé des messages compromettant, est également venue témoigner lors du procès. Le savant lui a en effet envoyé le message suivant :

Je vais te ligoter et t’empaler avec une lance de grill.

Juste avant le meurtre de Kim Wall, celui-ci a également effectué des recherches surprenantes sur internet, à travers les requêtes “femme” et “décapitation”. La face cachée du prévenu, qui semble plongé dans un univers de fantasmes particulièrement morbides, ressort donc petit à petit pendant son procès. Il risque la réclusion à perpétuité.

Publié le jeudi 22 mars 2018 à 16:01, modifications vendredi 23 mars 2018 à 12:12

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !

En direct