Justice

Lyon : Marin ne fera pas appel, il veut “se reconstruire et aller de l’avant”

L’agresseur de Marin a été condamné à sept ans et demi de prison. Les choses devraient en rester là.

La fin d’un long processus

Enfin. Vendredi 4 mai, l’agresseur de Marin a été condamné par la la cour d’assises des mineurs de Lyon. Sept ans et demi de prison pour la violente attaque de novembre 2016. Ce jour-là, le jeune homme défend un couple attaqué pour s’être embrassé dans la rue. Il est alors roué de coups et tombe dans le coma. Le jeune homme gravement blessé à la tête en gardera d’importantes séquelles. La peine de prison pouvait donc sembler bien légère. C’est d’ailleurs ce que disait son avocat, Me Frédéric Doyez la semaine dernière.

Ils sont déçus. Ils espéraient voir écarter l’exception de minorité car cette histoire est une histoire exceptionnelle.

Mais, la famille de Marin va en rester là. C’est sa mère, Audrey qui l’a annoncé selon nos confrères de 20 Minutes.

Tout au long de cette terrible épreuve, nous avons tenté de garder notre dignité.

Désormais, malgré “l’incompréhension et la colère”, la volonté de la famille est simple. 

Tirer un trait sur cette page pénale pour se consacrer exclusivement à la reconstruction de Marin.

La réaction de l’agresseur

La famille ne va donc pas faire appel malgré le fait que l’excuse de minorité ait été retenue. Cela a fait passer la peine de l’agresseur de 15 ans à 7 ans et demie. L’incompréhension est de mise mais faire appel serait ajouter une charge supplémentaire.

La peine maximale pour un mineur a été prononcée. Si nous prolongions le procès, nous n’étions pas sûrs du résultat, d’autant que Marin est extrêmement fatigué. Nous ne voulons pas débuter une nouvelle procédure pénale.

Toutefois, elle pointe aussi le comportement de l’agresseur. Une réaction “lamentable” à l’annonce du verdict selon elle.

J’avais cru entendre des excuses de sa part mais ça n’était pas le cas. Son attitude a prouvé qu’il n’avait rien compris à ce qu’il avait fait. Nous attendions de réelles paroles de sa part mais aussi de sa famille. C’est décevant, surtout pour Marin.

L’objectif est désormais la reconstruction de Marin et de la famille. Pour cela, il faut un centre médical. Mais aucun n’est disponible avec le mois de septembre. Le jeune homme veut aussi reprendre ses études de droit.

C’est quelque chose sur lequel on va commencer à se pencher. Une reprise d’études ne sera jamais comme avant mais il arrivera probablement à suivre un cours par semaine. Il a plein de projets pour l’avenir, on le soutient dans tout mais il a bien conscience de ses difficultés.

Publié le jeudi 10 mai 2018 à 17:52, modifications jeudi 10 mai 2018 à 18:11

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !