Justice

Il abuse de son bébé en direct sur Skype

L’homme échangeait des images de ses enfants contre celles d’un autre père de famille abusant des siens.

7 ans de prison

Il ressemble à un père de famille comme des milliers d’autres. S’excuse quand il coupe la parole, paraît bien sur lui et répond à toutes les questions sans difficultés expliquent nos confrères du Progrès. Pourtant, l’homme qui comparaît devant le tribunal correctionnel de Villefranche ce mercredi 2 mai, a déjà un sacré casier. Père de trois enfants, il a été condamné à deux reprises pour détention et diffusion de photos et vidéos pédopornographiques par le passé.

Mais, ce jour-là, il a été encore plus loin. Pour satisfaire un fantasme, il se trouve alors à discuter avec un autre homme, dont le pseudo est Everton, sur Skype. Il lui demande :

Est-ce que tu peux poser ton sexe sur la bouche du bébé ?

Une capture d’écran prouve que l’homme s’est exécuté, acceptant la demande de celui qui se fait connaître comme “Caladois69” sur les forums. En échange, le père de famille de Villefranche met à contribution ses enfants. Ceux-ci sont parfois filmés en direct : “Je leur disais de faire coucou” explique-t-il à l’audience. D’autres fois, ils ne savent pas qu’ils sont filmés ou ce sont de vieilles images qui sont envoyées. Le Français a mis le doigt dans l’engrenage de ces jeux en ligne à travers des forums sur le darknet. Là, il a rencontré des gens prêts eux aussi à exposer leurs enfants. “Des gens comme moi” reconnaît-il face au tribunal conscient de ses actes.

Le tribunal ne montre aucune pitié pour cet homme. Il a été condamné à une peine de prison de 7 ans pour complicité et à un suivi sociojudiciaire pendant 10 ans. S’il ne respecte pas celui-ci, il passera trois ans de plus en prison. Il a aussi l’interdiction d’entrer en contact avec des mineurs à l’exception de ses enfants.

Publié le samedi 5 mai 2018 à 13:07, modifications samedi 5 mai 2018 à 9:50

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !