Justice

Francis Heaulme : Compte-rendu de la première semaine de procès

30 ans après le meurtre de deux petits garçons à Montigny-lès-Metz, un nouveau procès s’est ouvert mardi dernier pour le tueur en série Francis Heaulme. Retour sur la première semaine d’audiences.

Depuis mardi dernier, Francis Heaulme comparait une nouvelle fois sur le banc des accusés. Arrêté le 7 janvier 1992, il a déjà été reconnu coupable de 8 meurtres devant la justice. Celui que l’on surnomme “le routard du crime” a, en effet, déjà été condamné deux fois à la réclusion criminelle à perpétuité cumulant 125 ans de prison dont 73 de sûreté ! Sa dernière condamnation date de 2004, pour les meurtres de Sylvie Rossi en juillet 1989, ainsi que ceux de Ghislaine Ponsard et Georgette Manesse en juin 1988.

Seulement voilà, l’affaire pour laquelle il comparait aujourd’hui est très compliquée. Il s’agit des meurtres des petits Cyril Beining et Alexandre Beckrich, tués le 28 septembre 1986 à Montigny-lès-Metz et pour lesquels Patrick Dils avait été condamné puis acquitté 15 ans après. La raison principale de l’acquittement est simple : à l’époque Francis Heaulme était dans le coin, il travaillait même dans une entreprise du BTP très proche du lieu des meurtres. Un autre coupable : Henri Leclaire, avait été avancé, il avait avoué les meurtres à la police en 1986 puis avait fini par se rétracter. Cependant lors du précédant procès de Francis Heaulme de 2014, des témoins clés avait mis, à nouveau, la culpabilité de Henri Leclaire en avant. Ainsi le procès avait connu un long ajournement, jusqu’à mardi dernier. Un ajournement qui a conduit à la conclusion que les charges contre Henri Leclaire sont finalement insuffisantes. C’est donc seul que Heaulme comparait depuis mardi dernier !

Ce procès fera-t-il enfin la lumière sur les événements? Les familles pourront-elles enfin être apaisées ?

Rien n’est moins sûr car Francis Heaulme clame son innocence et l’affaire a connu trop de faux-aveux, de volte-face et de coupables. De plus, le manque de preuves n’arrange rien.

Une première semaine de procès à l’image de l’affaire

Le figaro.fr nous aide à faire le point sur la semaine passée.

Les avocats de Francis Heaulme jouent la carte de la “vieillesse” de l’affaire. 30 ans se sont en effet écoulés. De plus, les scellés contenant les pierres ensanglantées ayant servi à fracasser le crâne des deux enfants ont été détruits. Plus rien ne subsiste donc, pas d’ADN, à part les témoins qui ont eux aussi vieilli.

Selon l’avocate de Francis Heaulme Maître Glock, il est jugé car “statistiquement, le coupable ne peut être que lui”. Il est un coupable par élimination, on doit donc l’acquitter immédiatement. Voilà ce qu’elle a déclaré dès le début du procès mardi.

Le Président de son côté a relaté toute l’affaire aux jurés pendant plusieurs heures, n’omettant aucun détail sordide. Francis Heaulme s’est alors écrié :

Montigny ce n’est pas moi !

Patrick Dils au cœur des débats de la deuxième journée

Mercredi, on a pu assisté au témoignage de Patrick Dils par visioconférence, qui a relaté une nouvelle fois les raisons de ses aveux. Il était très jeune à l’époque et terrorisé par la police. Il revient aussi sur son incarcération et ses 15 années de prison. Enfin, il adresse un mot aux familles des 2 victimes :

J’ai le plus profond respect pour les familles des victimes. Moi aussi je veux savoir pourquoi on a enlevé la vie à ces enfants qui, comme moi, ne demandaient qu’à grandir et à être heureux.

La défense s’emploie tout de même à salir le témoin.

Les témoignages de la famille de Heaulme

Jeudi, c’est la famille de Francis Heaulme qui a témoigné. La sœur Christine, ainsi que Marcel, le père du meurtrier présumé des 2 enfants, se sont succédés à la barre des témoins. La première trouve des circonstances atténuantes à son frère de par leur histoire familiale (père alcoolique et très violent, surtout avec la mère, décédée aujourd’hui). Christine Heaulme dit à ce sujet :

Quand mon père rentrait ivre de ses parties de tarot, c’est là qu’il s’acharnait sur ma mère. Francis les séparait, il criait : “Non, papa” !

Le père octogénaire quant à lui nie tout en bloc, aussi bien sa propre violence que les meurtres commis par son fils !

Il est très intelligent, le Francis. Je l’ai jamais frappé, c’est mystérieux tout ça. Il a jamais fait de mal.

Un copain et collègue très singulier !

La journée de vendredi a été dédiée aux témoignages de connaissances de jeunesse de Francis Heaulme. Ce dernier n’avait pas hésité à en accuser plus d’un pour sa défense. Mensonges, semi-vérités, fausses accusations, voilà les techniques utilisées pendant des années par Francis Heaulme pour détourner l’attention de lui et ainsi se défendre lors de ses interrogatoires. Les anciens collègues du tueur sont aussi venus raconter celui qu’ils ont côtoyé, et les témoignages font froid dans le dos. Violence et comportement démesuré surtout envers les enfants, attitudes étranges, actes impulsifs comme lancer des tuiles du toit de l’usine sur les passants alors qu’il était alcoolisé !

Pour l’heure voici les certitudes : le 28 septembre 1986, Francis Heaulme habitait à moins de 10 km de Montigny-lès-Metz, il travaillait dans une société de BTP  à 400 mètres de l’endroit où Cyril et Alexandre ont été massacrés. Enfin, le mode opératoire présente des ressemblances avec cinq autres meurtres pour lesquels il a déjà été condamné.

En outre, on attend impatiemment le témoignage de l’ancien Maréchal des Logis Chef Jean-François Abgrall, qui aura lieu le 9 mai prochain. Le M. Abgrall est celui qui a mis la main sur Francis Heaulme, qui a fait le lien entre les différentes affaires et qui a procédé à son arrestation. Il retrace d’ailleurs toute son enquête dans le livre Dans la tête du tueur – sur les traces de Francis Heaulme, publié en 2002.

Le procès comportera au total 16 journées d’audiences. Autant dire qu’on n’a pas fini d’entendre parler de Francis Heaulme. Espérons que de nouvelles révélations permettent aux familles des petites victimes de trouver la paix, pour de bon cette fois…

 

 

Publié le dimanche 30 avril 2017 à 21:34, modifications lundi 1 mai 2017 à 1:09

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !