Justice

États-Unis : Mark David Chapman, l’assassin de John Lennon, reste en prison

L’administration pénitentiaire a refusé la dixième demande de libération conditionnelle de Mark David Chapman, qui avait abattu John Lennon le 8 décembre 1980.

Mark David Chapman, l’assassin de John Lennon le 18 décembre 1980, ne peut toujours pas sortir de prison. En effet, l’homme, désormais âgé de 63 ans, s’est vu refuser pour la dixième fois sa demande de libération conditionnelle, rapporte l’agence Reuters.

L’administration lui refuse sa demande tous les deux ans

Ainsi, d’après des documents du délibéré relayés par le magazine américain Time :

Votre libération serait incompatible avec le bien-être et la sécurité de la société.

Lui a ainsi signifié, jeudi 23 août, l’administration pénitentiaire de l’État de New York. En outre, les motifs pour le refus de sa libération lui ont clairement été formulés.

Vous avez reconnu avoir soigneusement planifié et commis le meurtre d’une personne de célébrité mondiale dans la seule volonté de gagner de la notoriété. Alors qu’aucune vie ne vaut plus que celle d’un autre, vous avez choisi une personne qui n’était pas seulement connue mondialement et aimée par des millions d’autres, malgré la douleur et la souffrance causée à sa famille, ses amis et tant d’autres. Vous avez fait preuve d’un cruel mépris pour la sacralité de la vie humaine et la douleur et la souffrance des autres.

A-t-il été décrit dans la décision de justice.

Mark David Chapman avait abattu John Lennon le 8 décembre 1980. Il lui avait tiré dessus à cinq reprises. Il avait été condamné à la réclusion à la perpétuité assortie d’une peine de sûreté de vingt ans dans une prison située à New York.

Trente-cinq ans plus tard, je vois quelle horrible décision c’était et à quel point elle était égoïste.

Avait-il déclaré en 2016 lors de sa précédente audience. Lui-même se décrivait comme étant, à l’époque du meurtre, un sociopathe à faible estime de lui-même et aux idées suicidaires.

Nouvelle audience en 2020

Si, l’assassin du fondateur des Beatles est libérable depuis 2000, l’administration lui refuse sa demande tous les deux ans. Délais au bout du quel il peut reformuler une demande. Mark Chapman pourra donc refaire une demande dans deux ans. Sa prochaine audience est fixée en 2020. Par ailleurs, Yoko Ono, la veuve du chanteur, s’est toujours vivement opposée à une éventuelle libération conditionnelle.

Publié le samedi 25 août 2018 à 11:01, modifications samedi 25 août 2018 à 0:58

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !