Justice

Dieudonné expulsé du théâtre de la Main d’Or et ennuis judiciaires en série

La Cour d’appel de Paris a confirmé l’expulsion de Dieudonné de son théâtre de la Main d’Or, qui avait été ordonnée en première instance en décembre.

La Cour d’appel a ordonné mercredi 8 novembre l’expulsion de Dieudonné du théâtre parisien de la Main d’Or. Celle-ci avait été demandée par les propriétaires de cette salle dans laquelle l’humoriste se produit depuis plus de 15 ans.

Des arriérés locatifs

Cette décision vient confirmer un jugement de septembre 2015. Elle est exécutoire, c’est-à-dire qu’elle peut donc être appliquée immédiatement. La justice a également condamné la société Bonnie Productions, titulaire du bail, à payer 280.660 euros au titre d’arriérés locatifs.

Lors du procès, les propriétaires du théâtre, la SCI Passage d’Or, avaient mis en avant des infractions au bail. En effet, ils avaient relevé que lorsqu’ils avaient acquis les lieux en 2011, c’était la société Bonnie Productions, gérée par Dieudonné, qui était titulaire du bail. Or, l’exploitation de la salle semblait en réalité relever des Productions de la Plume, gérée par sa compagne.

Par ailleurs, Bonnie Productions avait été provisoirement radiée du registre du commerce en septembre 2013, pour cessation d’activité. L’avocate de Dieudonné M’bala M’bala, Isabelle Coutant-Peyre, a indiqué qu’elle envisageait un pourvoi en cassation. Toutefois, celui-ci ne serait pas suspensif. Il n’empêcherait donc pas une expulsion.

C’est un homme libre. Il fera ses réunions dans des bus.

A affirmé Maître Coutant-Peyre.

Condamnation pour le spectacle La bête immonde

A 51 ans, Dieudonné M’bala M’bala est un habitué des prétoires. En effet, il a à son actif près d’une quinzaine de condamnations (diffamation, injure et provocation à la haine et à la discrimination raciale…) inscrites à son casier judiciaire. Il a notamment été condamné à deux mois de prison avec sursis en mars 2015, pour apologie d’actes de terrorisme pour son message « Je me sens Charlie Coulibaly ». Un de ses spectacles avait par ailleurs été interdit début 2014, une mesure rarissime.

Ce mercredi, la Cour d’appel a confirmé la condamnation du polémiste à deux mois de prison avec sursis et 10.000 euros d’amende pour des propos antisémites dans son spectacle La bête immonde. La justice a ainsi maintenu le jugement du tribunal correctionnel de Paris, qui l’avait déclaré coupable en mai 2016 des délits d’injure raciale et provocation à la haine.

En outre, Dieudonné M’bala M’bala devra également verser 2.500 euros à chaque partie civile, dont SOS Racisme et la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra).

Fraude fiscale

Enfin, selon l’AFP, le parquet de Paris a demande ce jeudi 9 novembre que Dieudonné et sa compagne soient jugés devant le tribunal correctionnel pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale dans l’enquête sur la gestion trouble de son patrimoine. L’enquête, ouverte début 2013 par le parquet de Paris avant d’être confiée à un juge d’instruction, a révélé l’existence de « mouvements financiers particulièrement suspects, occultes et dissimulés ».

L’affaire était partie d’un signalement en décembre 2012 de Tracfin, la cellule antiblanchiment de Bercy. Elle avait détecté des transferts de 414.000 euros entre 2009 et 2012 à des proches au Cameroun. Or, les investigations avaient finalement mis en lumière la dissimulation à l’étranger au total de près de 569.353 euros en espèces entre avril 2009 et mars 2014, selon une source proche du dossier.

Publié le vendredi 10 novembre 2017 à 11:42, modifications vendredi 10 novembre 2017 à 10:13

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !