Justice

Deux Canadiennes accro à Instagram transportaient des millions de dollars de cocaïne

Deux jeunes canadiennes ont finalement reconnu leur implication dans un gigantesque trafic de cocaïne. Elles sont désormais en attente d’un jugement.

C’était une belle histoire sur le réseau social Instagram. Trois jeunes Canadiennes dans un voyage de luxe amplement commenté à travers des photos sexy dans des cadres paradisiaques. Mais, l’aventure avait pris fin en fin d’année dernière après la saisie par la police de plus de 16,5 millions de dollars de cocaïne.

Plusieurs mois de déni

Selon CrimeOnline.com, cela faisait plusieurs mois que Melina Roberge, 23 ans et Andre Tamine, 64 ans niaient les faits dont elles étaient accusées. Tout aurait été un malentendu, elles auraient même été sans doute utilisées. Mais, alors qu’un procès devait finalement avoir lieu cette semaine, elles sont passées aux aveux. Elles ont reconnu qu’elles travaillaient bien avec Isabelle Lagace, 28 ans, la troisième comparse. Celle-ci a déjà confessé depuis le mois de novembre et purge à l’heure actuelle une peine de sept mois de prison.

 

Poétiquement nommé “Sea Princess Cruise” (la Croisière de la Princesse des Mers), le voyage des trois jeunes femmes devait initialement durer 68 jours. Lancé depuis la Grande-Bretagne, le voyage devait permettre de relier les USA, les Bermudes, l’Amérique du Sud, Tahiti ou encore la Nouvelle-Zélande. Il était possible de suivre facilement les trois voyageuses grâce à leurs publications sur les réseaux sociaux, principalement sur Instagram. On les y voyait alors dans des bikinis avec les lunettes de soleil la plupart du temps.

200 kilogrammes de cocaïne

Mais, l’aventure a pris fin le 28 août 2016 en Australie, dans le port de Sydney. La police aux frontières du pays entre dans une cabine d’un bateau et découvre 30 kg de cocaïne dans un sac et 40 autre dans la même pièce. Sur l’ensemble du bateau, les forces de l’ordre mettent finalement la main sur 200 kgs de la drogue. De quoi faire dire au procureur local qu’il s’agissait d’un “entrepôt flottant”. Il a aussi ajouté que les jeunes femmes étaient “organisées comme un véritable “syndicat du crime”.

De façon surprenante, le bateau avait déjà été identifié comme étant à risque. Autant au Canada qu’aux Etats-Unis par exemple, mais sans que rien n’ait pu être fait. Selon les rapports de police, Lagace servait surtout comme mule pour transporter la drogue à l’entrée dans les ports. Elle a expliqué avoir été forcée de les aider pour payer une vieille dette et regretter ses actions. Melina Roberge sera jugée dès le mois prochain, en revanche, sa complice devra elle attendre le mois d’octobre. Les deux risquent une peine d’emprisonnement à vie.

Publié le mardi 27 février 2018 à 14:33, modifications mardi 27 février 2018 à 12:19

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !