siège dcri

La D.C.R.I souhaitait recruter Mohamed Merah avant sa tuerie !

Ce lundi 16 octobre, un ancien responsable de la Direction générale de la Sécurité intérieure évoque des informations singulières devant la cour d'assises de Paris selon lesquelles sa direction avait envisagé d'enrôler le djihadiste Mohamed Merah.

Mais à quel moment cela s’est-il passé et surtout comment ?

L’agent des renseignements à évoqué la période d’un mois précédant les 3 journées de la tuerie de cet assassin, les 11, 15 et 19 du mois de mars de l’année 2012 ou celui-ci avait prémédité le meurtre de sept personnes dont, ne l’oublions jamais, trois jeunes et innocentes victimes âgées de 8,4 et 5 ans.

C’est au retour d’un voyage de Merah au Pakistan que la “Direction Centrale du Renseignement Intérieur” a souhaité rencontrer celui que la presse surnommera tristement “le tueur au scooter”. Ce 14 novembre 2012, Merah est convoqué pour un simple “débriefing préventif”. Voici ce qu’a répondu l’agent des renseignements devant la cour d’assises de Paris ce lundi 16 octobre au sujet du débriefing de Mohamed Merah. :

Son caractère dangereux n’est pas paru évident. Il leur a semblé naturel et ils ont jugé que l’on pouvait s’orienter, compte tenu de son esprit curieux et voyageur, vers un recrutement.

Une note sera rédigée le 21 février 2012, voici spécialement ce qui y était écrit. : “Mohamed Merah a un esprit ouvert, malin. Il n’entretient aucune relation avec un réseau terroriste, il a un profil voyageur.”

Merah l’assassin

La suite est connue. Moins d’un mois après la conclusion de cette note qui demandait un contrôle sur la fiabilité de cet assassin, le 11 mars 2012, Imad Ibn Ziaten, militaire courageux tombait sous les balles du terroriste, les yeux dans les yeux, car Imad avait refusé de se mettre à plat ventre face à l’arme que lui pointait dessus, Merah l’assassin.

Modifié : 17 octobre 2017 13 h 16 min

Ce site utilise des cookies.