Justice

Booba et Kaaris en détention provisoire : Leurs avocats dénoncent « un guet-apens »

Les rappeurs Booba et Kaaris ont été placés en détention provisoire dans l’attente de leur procès, renvoyé au 6 septembre. Une décision que fustigent leurs avocats.

Interpellés et placés en garde à vue avec onze de leurs proches, entraînant retards de vol et fermeture temporaire d’un hall, Booba et Kaaris ont été placés en détention provisoire dans la nuit du vendredi 3 au samedi 4 août par le tribunal de Créteil. Le procès des deux rappeurs est renvoyé au jeudi 6 septembre. Par ailleurs, Pierre Auda, le président du tribunal a ordonné l’incarcération des neuf autres prévenus impliqués dans cette bagarre.

C’est tout simplement scandaleux

Ainsi, le tribunal a étayé cette sentence par « l’animosité persistante entre les deux groupes ».

Eviter le risque de nouvelles altercations et la nécessité de protéger l’ensemble des personnes.

Néanmoins, pour la défense, cette décision est inappropriée.

Un contrôle judiciaire aurait suffit. Ce sont tous des pères de famille quadragénaires qui travaillent.

S’est indigné samedi 4 août Me Yann Le Bras, l’avocat de Booba, écroué à Fleury-Mérogis.

Je trouve que les paroles de Booba ont été extrêmement raisonnées et dans l’apaisement. Et on nous dit que ce sont des risques de réitération et un climat malsain qui justifient le placement en détention. Il y a un décalage.

A dénoncé l’avocat, avant de prévenir :

On va voir si la cour d’appel prend la même position.

Du côté des avocats de Kaaris, Yassine Yacouti et David-Olivier Kaminski, c’est la même colère :

Des deux côtés, nous sommes déçus. Un certain nombre de personnes méritait leur liberté. Le tribunal a décidé de ne pas faire de distinguo. C’est tout simplement scandaleux. On a l’impression que ce qui comptait, c’était de satisfaire une certaine forme d’opinion publique.

A déploré Me Yacouti au micro d’Europe 1 ce samedi.

Si la paix sociale, c’est de mettre les gens en prison comme ça, il y a de quoi être profondément choqué. Mettre des gens en prison qui n’ont rien fait pour susciter cette violence, ça appelle à une vraie réflexion. On préfère priver les gens de leur liberté plutôt que de prendre ses responsabilités. Ce n’est pas ce qu’on attend d’un tribunal.

A de son côté fustigé Me Kaminski.

Nous sommes en démocratie, nous irons jusqu’au bout de nos voies de droit.

A conclu Me Yacouti, évoquant lui aussi l’appel.

Ce qui est arrivé est inexcusable, déplorable

Après deux nuits en garde à vue, la star du rap français Booba, 41 ans, et son ex-protégé Kaaris, 38 ans, vont devoir patienter derrière les barreaux avec les membres de leur garde rapprochée.

Pour mémoire, mercredi 1er août une bagarre a éclaté dans un des halls d’embarquement d’Orly. Les deux rappeurs français, devenus rivaux après avoir été très proches, devaient ce jour-là prendre un avion pour Barcelone pour s’y produire séparément dans la soirée. Mais avant d’embarquer, leurs deux clans se sont violemment affrontés sous les yeux de passagers éberlués, dont certains ont filmé la scène.

En outre, l’audience en comparution immédiate, qui avait attiré de nombreux journalistes, quelques curieux et des supporteurs des deux clans, avait été exceptionnellement délocalisée dans la salle de la cour d’assises de Créteil. En effet, elle est équipée de deux boxes permettant de séparer les deux rappeurs.

Ce qui est arrivé est inexcusable, déplorable.

A déclaré devant le tribunal Booba, évoquant les « familles qui voyagent », les « gens qui travaillent », et les enfants qui étaient sur place au moment des faits.

Si les avocats des prévenus ont réclamé la remise en liberté de leurs clients dans l’attente du procès, le tribunal a préféré suivre les réquisitions du parquet. Ce dernier étant favorable à un placement en détention provisoire. Les prévenus risquent donc jusqu’à sept ans de prison.

Publié le dimanche 5 août 2018 à 13:11, modifications dimanche 5 août 2018 à 16:18

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !